Accusé d’espionnage : Huawei entame des poursuites judiciaires contre WSJ

accusation d’espionnage

Le géant de télécommunication Chinois, Huawei ne compte pas baisser les bras suite à son accusation d’espionnage dans plusieurs pays d’Afrique, dont l’Algérie, et entame des poursuites judiciaires contre le Wall Street Journal.

Dès que l’information est relatée par le WSJ, « le géant mondial des télécommunications a démenti ces allégations » rapidement, tout en « entamant des poursuites judiciaires contre le WSJ » a indiqué un communique de Huawei.

À l’origine, WSJ avait « affirmé que les employés de Huawei avaient aidé les gouvernements ougandais et zambien à espionner les opposants politiques en utilisant des données cellulaires pour suivre leur localisation et en accédant à des données chiffrées de communications et de médias sociaux ».

Mais, « le rapport n’a trouvé aucune preuve d’activités d’espionnage par ou pour le gouvernement chinois en Afrique » précise Huawei en affirmant qu’il  « n’a également trouvé aucune caractéristique unique dans la technologie de Huawei permettant l’activité d’espionnage ».

Afin de prendre des mesures contre le journal, « Huawei a envoyé une lettre légale à WSJ dans laquelle la société a exprimé sa déception face aux informations communiquées et a déclaré que les informations fournies par ses sources étaient complètement fausses et trompeuses ».

MDI Alger

Ainsi, le géant des Télécoms considère « du fait que la publication de ces fausses déclarations a porté et continuera à porter atteinte à la réputation et aux intérêts commerciaux de Huawei dans le monde entier ». Par conséquent, « il se réserve tous les droits et réclamations à cet égard et défendra sa réputation » indique encore le communiqué

Bessa, Résidence la Pinède