Huawei aurait apporté un soutien logistique pour espionnage en Algérie

Accusé par les Américains d’espionnage, Huawei réagit

Le géant Chinois spécialisé dans les nouvelles technologies, Huawei, aurait apporté une aide logistique pour espionnage dans plusieurs pays africains, dont l’Algérie, a révélé ce jeudi le quotidien Americian, Wall Street Journal.

Selon une enquête menée par ce journal, Huawei aurait mis à la disposition des pays africains des moyens techniques mais aussi des techniciens afin d’espionner des opposants.

Les auteurs de l’enquête signalent que les dirigeants de Huawei avaient recommandé au pouvoir ougandais de s’inspirer du système de surveillance adopté par l’Algérie, où « l’autocrate vieillissant Abdelaziz Bouteflika tentait de surveiller l’opposition qui commençait à s’agiter après près de 20 ans au pouvoir ».

En effet, c’est une équipe ougandaise formée en Algérie sur ces bases d’espionnage qui a donné la mèche aux enquêteurs. « En septembre 2017, une équipe de hauts responsables ougandais de la sécurité a été dépêchée à Alger pour étudier le système de vidéosurveillance (opérationnel en Algérie et) qui comprenait des centres de surveillance (…) et de cybersurveillance », précise le même organe.

« Nous avons discuté de la surveillance de personnes membres de l’opposition qui pouvaient menacer la sécurité nationale », a déclaré l’un des fonctionnaires ougandais interrogés par le journal, ajoutant que « les Algériens sont avancés dans ce domaine », poursuit le journal. Il indique, en outre, qu’une équipe algérienne formée par Huawei en Chine, s’était également rendue en Ouganda pour former du personnel sur place.

MDI Alger