Pour un congrès national rassembleur: Le FFS décide de suspendre les sanctions contre ses militants

L’exemple soudanais

Dans le but de créer les conditions et le climat nécessaire afin d’organiser un congrès national rassembleur, la Direction Nationale du front des forces socialistes (FFS), décide de suspendre à compter de ce jour toutes les sanctions prises depuis le dernier Congrès National extraordinaire à l’encontre de ses militants, de traiter au cas par cas les autres sanctions prises avant ce Congrès et de réunir dans les plus brefs délais le Conseil National au siège national.

« Dans le contexte actuel il devient évident à tous que la désunion ne permet pas d’organiser un congrès national rassembleur », indique le FFS dans une déclaration rendu publique estimant que depuis son Conseil National tenu le 25 janvier 2019, le parti se trouve confronté à une crise qui menace sa cohésion interne et son devenir dans un contexte national de révolution populaire et d’autoritarisme d’un régime qui s’oppose à tout changement du système.

« Jusqu’à présent toutes les manœuvres du pouvoir pour neutraliser le FFS ont échoué grâce à la cohésion de sa base militante qui, malgré les différentes crises internes qui ont secouées le parti, est resté unie derrière sa direction et fidèle à ses principes », ajoute-t-on.

Le FFS tient à préciser que le Conseil National aura notamment à examiner plusieurs points. Sur le plan organique il est question de débattre et Acter la décision d’annulation des sanctions ;  Adopter la feuille de route pour la préparation du 6ème Congrès rassembleur ; Arrêter la date du 6ème congrès national: à confirmer (27-29 septembre) ou à reporter en fonction de l’état d’avancement de la préparation  et organiser l’audit qui doit constituer le cadre approprié pour débattre sereinement des questions politiques et organiques et tirer les leçons des dysfonctionnements non pas pour situer des responsabilités qui sont collectives mais pour renforcer la cohésion interne et la bonne gestion du parti.

Sur le plan politique il s’agit de débattre et évaluer la situation politique nationale et la stratégie adoptée par le parti et débattre de l’action et de la position de nos élus au sein des institutions, notamment dans le contexte politique actuel, qui nécessite aussi une nouvelle évaluation sur la question du retrait des parlementaires dont la décision doit être avant tout motivée par l’intérêt des citoyens, du pays, du mouvement citoyen et du parti.

MDI Alger

La Direction Nationale proposera la mise en place d’un Comité Ad-Hoc consensuel qui aura pour mission principale de préparer ce Conseil National et de réunir les conditions de sa réussite. Pour cela, le Comité devra élargir la concertation, par une démarche inclusive, en vue de parvenir à un large consensus sur les réponses aux questions à l’ordre du jour de ce Conseil.

Bessa, Résidence la Pinède