Le pétrole entame la semaine en hausse en attendant la Fed et les négociations sino-américaines

baisse des prix du pétrole

Les prix du pétrole ont monté lundi, les investisseurs se préparant à la baisse imminente des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine (Fed) ainsi qu’à la rencontre entre négociateurs américains et chinois cette semaine.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a progressé de 0,4% ou 25 cents à 63,71 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour livraison à la même échéance s’est établi à 56,87 dollars, une hausse de 1,2% ou 67 cents par rapport à la clôture vendredi.

Selon Phil Flynn de Price Futures Group, « le marché est optimiste par rapport au fait qu’une baisse des taux d’intérêt de la Fed cette semaine va faire monter les prix pétroliers« .

Une réduction des taux directeurs est censée stimuler l’activité économique et doper la consommation d’hydrocarbures, faisant monter les cours du brut.

Le prix du WTI a d’ailleurs grimpé aux alentours de 13H30 GMT (15H30 à Paris) après un tweet du président américain Donald Trump accusant la Fed d’agir trop tard et trop peu sur les taux d’intérêt en comparaison avec l’Union Europénne et la Chine.
Par ailleurs, la réunion des principaux négociateurs commerciaux de Washington et Pékin mardi et mercredi à Shanghai, en pleine guerre commerciale sino-américaine, est très attendue par les investisseurs. « Tout espoir que les États-Unis et la Chine parviennent à un accord commercial, ou du moins avancent dans la bonne direction, pousse les prix du pétrole vers le haut« , a indiqué M. Flynn.

Le sommet de Shanghai sera le premier face-à-face sur le commerce entre les États-Unis et la Chine depuis la rupture en mai des négociations, lorsque Donald Trump avait accusé Pékin d’avoir manqué à ses engagements.

Le président américain avait alors décidé d’augmenter considérablement les taxes douanières visant une grande partie des produits chinois.

Des données sur les importations chinoises d’or noir, publiées dimanche par l’administration générale des Douanes, ont également montré que celles-ci étaient restées soutenues au mois de juin, en dépit des sanctions frappant le pétrole iranien. « Le refrain selon lequel l’économie chinoise ralentit et l’idée que la Chine ne consomme plus autant de pétrole ne se traduisent pas dans les chiffres pour le moment« , a souligné M. Flynn.

Afp

Bessa, Résidence la Pinède