L’alternative démocratique pose ses conditions pour le dialogue

Réunion de l opposition au siège du RCD. Ph :Fateh Guidoum / PPAgency

Les partis signataires du pacte de l’Alternative démocratique ont dévoilé leurs vision du dialogue et ils ont mis leurs conditions pour entamer le dialogue avec le pouvoir.

«Nous signataires du pacte pour l’alternative démocratique ne réaffirmons qu’aucune initiative politique de quelque nature qu’elle soit et aucun dialogue politique ne sont viables sans la satisfaction de plusieurs exigences».  Ses condition se résument dans la «libération des détenus politiques et d’opinion, l’ouverture des champs politique et médiatique et l’arrêt immédiat du dispositif répressif et de l’instrumentalisation de la justice, ainsi que le départ du régime et de ses symboles » indique un communiqué à l’issue d’une conférence de presse animée ce dimanche au siège du RCD par les personnalités qui ont signé le pacte pour une véritable transition démocratique, le 26 juin 2019, dont le RCD, le PT, le MDS, et l’ADDH.

Les signataires de ce pacte appellent « les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple Algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s’inscrire activement dans notre effort à entretenir l’espoir et à imposer une alternative démocratique.»

Nécessité d’une période de transition

Les initiateurs de cette alternative démocratique ont réaffirmé leur position par rapport à la période de transition qu’ils jugent « la seule perspective possible pour donner la parole au peuple afin qu’il puisse choisir démocratiquement la forme et le contenu des institutions qu’il souhaite mettre en place et rejettent toutes tentatives d’imposer une élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place».

Cette période constitue « la condition pour garantir les libertés fondamentales, une justice indépendante, l’égalité en droits entre les hommes et les femmes, les droits socio-économiques et consacrer l’alternance démocratique à tous les niveaux».

Par ailleurs, les signataires du pacte pour l’alternative démocratique ont appelé aussi « à une convention du pacte politique pour une véritable transition démocratique pour le 31 août 2019 ».

MDI Alger

Pour rappel, le chef d’état-major a affiché clairement son refus pour la période de transition et maintient le plan d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais.

Bessa, Résidence la Pinède