Jijel : Une jeune fille arrêtée par des policiers en civil pour avoir brandi le drapeau Amazigh

jeune fille de Jijel

Une jeune fille a été arrêtée par des policiers en civil lors de la marche du 21e vendredi contre le système à la ville de Jijel.

En effet, selon la page Facebook Nass Jijel, qui couvre les marches contre le système dans la wilaya de Jijel depuis le début du Hirak, la jeune fille interpellée par les policiers en civil pour avoir porter le drapeau berbère est entrée dans un état d’hystérie suite à son arrestation.

🔴 هام شرطة بالزي المدني تعتقل فتاة عشرينية بعد حملها العلم الأمازيغي اليوم بجيجلالفتاة دخلت في حالة هيستيرية بعد إعتقالهاا

Publiée par ‎Nass Jijel – ناس جيجل‎ sur Vendredi 12 juillet 2019

A noter que, la mobilisation contre le système pour ce vendredi 12 juillet, est forte à Jijel. Des milliers de manifestants ont battu le pavé à Jijel pour réitérer les revendications du mouvement populaire, réclamant, notamment, le départ du système, un État démocratique. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir: « Y en a marre des généraux », ont-ils scandé.

Publiée par ‎Nass Jijel – ناس جيجل‎ sur Vendredi 12 juillet 2019

Publiée par ‎Nass Jijel – ناس جيجل‎ sur Vendredi 12 juillet 2019

A Alger, où à chaque vendredi, un impressionnant dispositif sécuritaire est déployé, dès le début de la journée, plusieurs manifestants ont été interpellés. Les policiers ont procédé à la fouille des sacs des manifestants à la recherche de l’emblème Amazigh.

La capitale est complètement quadrillée par les services de sécurité. En plus des dizaines de fourgons de police stationnés aux abords des principales rues du centre d’Alger où se déroule la manifestation hebdomadaire, la fermeture de la grande poste et du tunnel des facultés, les accès à la capitale sont complètement bloqués par les barrages de gendarmerie installés au niveau des principaux axes autoroutiers menant vers Alger.

MDI Alger

De l’huile à moteur à été même constatée sur les lampadaire et les abords des Bouches du métro à Alger Centre. Cette action vise à empêcher des manifestants de grimper les poteaux pour accrocher des drapeaux Amazigh et des pancartes hostiles au pouvoir.

Bessa, Résidence la Pinède