21è vendredi : les manifestations se poursuivent dans un contexte politique flou

Entrepreneurs et opposants politiques, principales victimes de la répression

Des milliers d’Algériens s’apprêtent à battre le pavé pour ce 21ème vendredi, une semaine après la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du pays.

Vers 11h00, à Alger-centre, des centaines de manifestants sont déjà rassemblés malgré les arrestations et les pressions policières. Ils scandent des slogans hostiles au pouvoir : « Pour un Etat civil et non militaire », sans doute en réponse aux menaces proférées par le chef d’Etat-major, qui a affirmé, mercredi denier lors de son allocution au Centre national de l’Armée, que ce slogan a été  « dicté par des cercles hostiles à l’Algérie ».

البريد المركزي الآن:تجمع لمواطنين تحضيرا للمسيرة 21 من الحراك الشعبيعشرات الشاحنات والمركبات التابعة لمصالح الأمن مركونة على امتداد الطريق من ساحة البريد المركزي الى موريس اوداناعتقالات وسط متظاهرين خاصة حاملي الأعلام الوطنية

Publiée par ‎Mustapha Bastami مصطفى بسطامي‎ sur Vendredi 12 juillet 2019

Depuis quelques semaines, les tenants du pouvoir multiplient les manœuvres pour affaiblir le mouvement populaire, ou du moins le contenir, sans y parvenir pour l’heure. Le dernier vendredi, qui a coïncidé avec le 5 juillet, a été marqué par une forte mobilisation et par une répression sans précédent, notamment au centre de la capitale.

Un dispositif sécuritaire a été fortement déployé à Alger, afin de filtrer les entrées au centre-ville. En effet, des camions de police ont été déployés dans les principales places de la capitale pour mieux contenir la foule.

le chef d’Etat-major, Gaid salah, qui a été encore une fois pris pour cible par les manifestants, a soutenu l’appel du chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bnesalah, à l’organisation des élections présidentielles dans les plus brefs délais.

Mercredi dernier, le député islamiste Slimane Chenine, président du groupe parlementaire d’une alliance formée par trois partis islamistes de l’opposition, a été élu nouveau président de l’Assemblée nationale populaire (APN).

MDI Alger

Par ailleurs, les forces de l’ordre ont procédé ce matin à l’arrestation des quelques manifestants ayant brandi l’emblème national.

Bessa, Résidence la Pinède