Montage automobile : moins de 400 millions de dollars à consommer d’ici la fin de l’année

importation des kits CKD/SKD

L’industrie de montage automobile en Algérie vit peut-être ses dernières heures. En effet, selon la Direction Générale des Douanes (DGD), il reste moins de 400 millions de dollars à consommer d’ici la fin de l’année 2019.

Et si les usines de montage ne sont plus approvisionnées en kits CKD/SKD, certaines d’entre elles seront obligées de mettre la clef sous le paillasson.

La facture d’importation des collections CKD/SKD destinés au montage automobile continue de grimper, puisque l’Algérie a importé pour 1,548 milliard de dollars de kits (SKD), durant les cinq premiers mois de 2019, contre près de 1,405 milliard de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de 10,25%.

A ce propos, Mustapha Hamoudi, le directeur général du développement industriel et technologique, a expliqué que « l’intervention de l’Etat dans la filière du montage automobile vise à encourager les opérateurs sérieux à poursuivre l’activité et à identifier ceux qui ne remplissent pas les conditions ».

Pour rappel, le gouvernement a plafonné en mai dernier à deux milliards de dollars le montant des importations de CKD/SKD à répartir pour les quatre constructeurs qui sont autorisés à assembler des véhicules de tourisme en Algérie : Renault, Volkswagen, Hyundai et Kia.

La crise que traverse actuellement l’industrie du montage automobile est due essentiellement à la baisse drastique des réserves de change qui permettait l’importation des collections SKD destinés à se secteur. A cela s’ajoute l’incarcération de quatre propriétaires d’usine de montage, notamment Mahieddine Tahkout, patron du groupe TMC.

Bessa, Résidence la Pinède