Coupure d’internet durant le Bac : les opérateurs et fournisseurs d’accès internet fortement touchés

Depuis dimanche dernier, l’accès à internet est fortement perturbé pour éviter la fuite des sujets du baccalauréat. Cette décision agace les usagers d’internet, notamment les entreprises qui sont prises en otage par un examen qui concerne une frange de la population. A l’évidence, cette décision a été prise sans penser aux conséquences négatives sur les entreprises.

A ce propos, M. Iheb Tekkour, spécialiste dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication, a indiqué que « sur le plan économique, on constate que internet est devenue un des premiers  leviers de création de richesses et il est un moyen important pour le bon fonctionnement des entreprises  et des échanges ».

Il a indiqué que « beaucoup d’entreprise utilisent internet au quotidien. Avec une décision pareille, il sera difficile de vulgariser et de soutenir la numérisation de nos institutions et d’intéresser les entreprises étrangères à venir en Algérie, notamment si nous ne cernons  pas encore à l’aube de 2020 les enjeux d’internet pour lesquels  des puissances se battent pour la maitrise des technologies nouvelles ».

Interrogé sur une estimation financière de ces coupures, M. Tekkour a indiqué qu’il est « difficile d’estimer avec précision par contre les grosses pertes sont pour les opérateurs et fournisseurs d’accès internet ».

Pour bien illustrer les retombées négatives d’une telle décision, M. Tekkour a indiqué « supposons que pour une heure de connexion il faudrait débourser environs 100 dinars pour un opérateur mobile qui a plus de 13 millions d’abonnés et que juste 1 million de ses utilisateurs utilisent internet, en une heure le chiffre passe rapidement à 100 000 000 de dinars perdues et cela sans parler des entreprises pour lesquelles maintenant internet est une nécessité absolue et que énormément de personne utilisent internet pour acheter et vendre  et échangent avec leurs clients (et les réseaux sociaux aussi son inclut car des business sont essentiellement basés sur eux ».

Évoquant les entreprises et les secteurs qui sont les plus touchés par ces coupures d’internet, notre interlocuteur a souligné que « le secteur des services et conseils, les opérateurs mobiles, Algérie Telecom qui, avec toutes les bonnes volontés, reste une entreprise déficitaire ».

Autres secteurs fortement touchés par les coupures d’internet,  notre interlocuteur note «  le secteur du tourisme et voyage, les jeunes entreprises, (Startups), les auto-entrepreneurs  (free lanceurs) et le secteur financier où, même hors période du bac la qualité d’internet est médiocre ».

Pour M. Tekkour, ces coupures d’internet sont « une solution facile et qui peut cacher l’incompétence des personnes qui prenait des décisions pareilles, car nous continuions à résoudre des problèmes des temps modernes par des solutions des années  60-70 ».

Il a ajouté que « nous refusons de faire appel à l’innovation et la réflexion  des universités, des startups et des ingénieurs, ainsi que des centres de recherches algériens ou même de copier ce qui est fait ailleurs et avoir le courage de revoir cet examen qui montre encore une fois les défaillances d’un systèmes éducatifs  dépassés ».

Bessa, Résidence la Pinède