Arrestation d’Issad Rebrab : Le projet de Cevital en France risque de tomber à l’eau

Le projet de Cevital a Charles-Mézières  dans les Ardennes en France, risque de tomber à l’eau en raison de l’incarcération du patron du groupe privé Issad Rebrab.

En effet, selon France Bleu, « Issad Rebrab, PDG de Cevital, est en détention provisoire depuis le 22 avril 2019 en Algérie. Depuis, le projet d’implantation d’une usine sur le site PSA de Charleville-Mézières avance au ralenti », fait savoir, ce dimanche 16 juin 2019, le média français.

« Le 7 novembre 2018, sur le site PSA de Charleville-Mézières aux côtés d’Emmanuel Macron, Issad Rebrab, le PDG algérien de Cevital, annonçait l’implantation d’une usinede fabrication de filtres pour stations de traitement de l’eau sur place. 250 millions d’euros d’investissement et un millier d’emplois à la clé », rappelle la même source.

La raison pour laquelle le projet d’EvCon tourne au ralenti depuis l’arrestation du patron de Cevital est liée à la circulation des capitaux, d’autant plus, rappelle encore France Bleu, qu' » Issad Rebrab est visé par une enquête pour l’importation illégale de matériels surfacturés et pour fuite de capitaux. »

Selon la même source, le transfert de devises à l’étranger par le groupe est limité. « Les relations d’affaires d’Issad Rebrab et ses mouvements de capitaux sont, depuis lors, limités, ce qui ralentit la mise en oeuvre du projet ardennais », explique le média français.

« Qu’est-ce qui empêcherait EvCon, filiale allemande de Cevital à qui a été confiée le développement sur la table ? », s’interroge la même source. Selon un acteur ardennais de la négociation cité par France Bleu, « a question a été posée mais elle reste sans réponse », ajoutant :  Probablement une question de stratégie industrielle ».

Une autre source confié au même média qu' »en prison, Issad Rebrab ne peut recevoir la visite que de sa famille », et pour le média d’expliquer que « pour une opération de cette envergure, rien ne semble pouvoir se faire sans le patron du groupe de 18 000 salariés. »

« Il faut 2 millions d’euros afin de libérer le hangar de PSA, et de commencer à installer Cevital » 

Selon la même source, le temps presse. « Pour installer Cevital dans l’un des bâtiments de l’usine PSA des Ayvelles, il faut profiter de l’arrêt d’activité de la fonderie automobile entre le 29 juillet et le 18 août prochain. Il y a de grosses tour d’usinage numérique à déménager.  Ce vendredi 14 juin 2019, PSA tenait une nouvelle réunion pour préparer l’intervention », explique France Bleu.

Le média précise que « pour lancer le projet, il faut 2 millions d’euros afin de libérer le hangar de PSA, et de commencer à installer Cevital. (…) Mais rien n’est encore engagé. Des choix techniques restent à arbitrer. »

« 3 unités de production de filtres pour stations de purification de l’eau devaient être installées dès cette année. Le délai semble court pour que le pari soit réussi », souligne France Bleu, qui ajoute que « malgré l’annonce d’une levée de fonds de 175 millions d’euros, le plan de financement n’est pas encore bouclé. »

« En novembre à Charleville-Mézières, Emmanuel Macron s’était engagé à accompagner financièrement l’implantation. Mais pour l’heure, pour l’Etat, le dossier présenté à la Banque publique d’investissement reste insuffisant », précise encore la même source.

Pour rappelle, le projet EvCon a été bien accueilli par les habitants de la région d’autant plus que Cevital prévoyait de créer à termes quelques 1000 postes d’emplois.

Bessa, Résidence la Pinède