Homela deuxVidéo : Même Djamila Bouhired n'a pas été épargnée par Naïma Salhi

Vidéo : Même Djamila Bouhired n’a pas été épargnée par Naïma Salhi

Nouveau dérapage de la présidente du parti de l’équité et la proclamation (PEP), Naïma Salhi. En effet, après ces insultes et sa déferlante haineuse à l’égard des kabyles, elle s’est attaqué cette fois à la grande figure de la révolution algérienne la Moudjahida Djamila Bouhired.

Dans une vidéo en live sur les réseaux sociaux, Naïma Salhi a qualifié ouvertement Djamila Bouhired de « création de la France ».

« Durant la Révolution, il y a des gens qui ont été créés et on a fait d’eux des héros comme Djamila Bouhired qui soutient les zouaves contre l’armée nationale populaire  novembriste », a-t-elle déclaré. Elle a également traité la Moudjahida de « trahison » pour l’Algérie» et de « soumission » pour la France.

Pour rappel, des avocats ont déposé plainte contre Naïma Salhi auprès du tribunal de Boumerdes, pour incitation à la haine raciale et les appels au meurtre contre des citoyens kabyles.

« En ce 9 juin 2019, Maîtres Kader Houali et Soufiane Dekkal ainsi que Salim Chait avons déposé une plainte au niveau du tribunal de Boumerdes, contre la présidente du parti de l’équité et de la proclamation (PEP), Naima Salhi, pour incitation à la haine raciale et les appels au meurtre contre des citoyens kabyles », ont annoncé les trois avocats dans un communiqué.

« Le multipartisme qui est un acquis arraché de haute lutte, ne doit pas être un prétexte pour des « charlatans politiques » qui en abusent en transformant leurs partis en tribune de discriminations raciales ou en des appels au meurtre contre des personnes », ont-ils précisé. 

Les trois avocats ont également rappelé que « la loi organique relative à la création de partis politiques est pourtant claire la dessus. Dans son article 64, il est clairement énoncé que le parti politique pourrait être suspendu et dissout s’il est avéré qu’il suscite des troubles à l’ordre public. »

Selon eux « depuis la création du PEP, sa présidente n’a cessé d’invectiver des personnes, de véhiculer des discours racistes et d’appeler à la mort des personnes qui expriment une opinion politique. »

Articles associés
Groupe des Sociétés Hasnaoui, Batimatec 2022

Fil d'actualité

Articles de la semaine