Dialogue national: Benflis propose les solutions pour sa réussite

dialogue national
Portrait de M. Ali Benflis,

Nul ne doute que le dialogue national est la meilleure option et l’instrument le plus efficace pour résoudre la crise. C’est ce qu’estime le président de Talai Elhouriat, Ali Benflis.

Pour lui, le pays ne peut pas supporter une crise prolongée sans en sortir, avec les capacités et les moyens nécessaires pour faire face aux défis politiques, économiques et sociaux horribles.

Pour que le dialogue national soit réussit, MBenflis considère qu’il est nécessaire de disposer d’une base solide pour son lancement et sa rédaction ; cette base solide pour le dialogue national ne peut être fournie que par un traitement attentif et sérieux des formes posées. Avec une intensité et une urgence qui ne peuvent jamais être ignorées; ces deux éléments sont les parties, le cadre, les objectifs et l’ordre du jour du dialogue.

Premièrement, précise-t-il, en ce qui concerne la forme des parties au dialogue qui sont crédibles, elles sont les plus sensibles et les plus précises par rapport à toutes les autres formes ; leur traitement approprié et approprié est la clé pour ouvrir ou rester sans un blocage total.

« Deuxièmement, en ce qui concerne le cadre du dialogue national, il est important de mettre l’accent sur sa nature naturelle dans la réponse aux demandes légitimes formulées par le peuple algérien, en particulier sa demande de changement et de remplacement du système politique abandonné et de le remplacer par un nouveau système politique. La véritable citoyenneté et la souveraineté populaire authentique ; à un moment où les doutes de la révolution démocratique pacifique sont dans la sincérité de la volonté du changement et du renouveau, il est politiquement utile et politiquement utile de rappeler ce cadre pour le dialogue national Il a été mis en évidence comme un pompier décisif et un tournant derrière les revendications populaires justes et légitimes et en tant que soutien jusqu’à leur réalisation », écrit Ali Benflis.

Quant à la Troisième solution, il parle de l’objectif du dialogue national, « Il y a une tendance frappante à la possibilité de tenir des élections présidentielles dans des délais raisonnables et acceptables ; si cette option est claire, les conditions et les conditions de son application restent ouvertes à des débats, à des échanges de vues et Au cœur de ce débat, elle s’est imposée les conditions politiques, institutionnelles et juridiques qui doivent être réunies en vue de la tenue d’élections présidentielles sans aucun doute, et le peuple n’a pas peur de déformer et de visiter sa volonté ou de saisir son choix ».

Ces conditions politiques, institutionnelles et juridiques qui doivent être réunies pour assurer le succès du prochain mandat présidentiel constituent, pour MBenflis, en elles-mêmes la structure du programme de dialogue national souhaité.

Quatrièmement, en ce qui concerne l’ordre du jour du dialogue national, son contenu s’impose lui-même : conditions politiques de la prestation présidentielle ; ses conditions institutionnelles ; ses dispositions juridiques ; Et date à laquelle il aura lieu.

Enfin, pour ce qui est de la prochaine échéance présidentielle, il faut tenir compte, ajoute-t-il, de deux considérations contradictoires : la première est la logique de la course contre l’horloge dans laquelle le pays vit sous sa pression et sa haine, et la seconde donne la nécessité de donner le temps nécessaire. Pour préparer une bonne et sérieuse prestation présidentielle, il est considéré comme un tournant décisif dans l’histoire de la nation et lui accorde le plus grand espoir de réaliser un saut décisif dans la patrie ; de ce point de vue, la durée de trois à six mois, telle qu’elle est en cours, représente Raisonnable et capable de fournir les conditions nécessaires au succès de la prochaine prestation présidentielle.

MDI Alger

« La viabilité de l’état national, sans conteste et sans aucun doute, exige des sacrifices de ce type et de cette taille et mérite tout le mérite ».

Bessa, Résidence la Pinède