Une peine de 18 mois de prison requise contre Ali Haddad

18 mois de prison

Le procureur de la république prés le tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger, a requis, ce lundi 3 juin 2019, une peine de 18 mois de prison ferme, à l’encontre d’Ali Haddad, et une amende de 100 000 DA.

L’homme d’affaire est poursuivi pour faux et usage de faux et fausses déclarations. Le verdict final sera prononcé le 17 juin prochain.

Le procureur près le tribunal de Bir Mourad Raïs, a requis la même peine à l’encontre de Hassan Boualem, directeur des titres et des documents sécurisés au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

Pour rappel, le 20 mai dernier, le juge d’application des peines près le tribunal de Bir Mourad Raïs, a décidé le report du procès de l’homme d’affaires et ex-président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), « pour absence de témoins ». Il est poursuivi pour faux et usage de faux et fausses déclarations.
 
Ali Haddad avait comparu, le 3 avril dernier, devant le juge d’instruction près du même tribunal, lequel avait ordonné son placement en détention provisoire à l’établissement pénitentiaire d’El Harrach.
 
L’ex-président du FCE avait été appréhendé, en mars dernier, au poste frontalier d’Oum Teboul (El Tarf), alors qu’il s’apprêtait à quitter le territoire national, en direction de la Tunisie, en possession de deux passeports, deux permis de conduire et d’un montant en devise.