Le FFS appelle à une conférence nationale de concertation

Condamnation de vingt militants : le FFS dénonce une «nouvelle cabale judiciaire»

Le Front des forces socialistes (FFS), propose d’aller vers une conférence nationale de concertation et de dialogue, pour sortir de cette situation « de flottement politique » que traverse le pays.

Cette conférence qui regroupera « les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables », servira  « d’assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays » précise dans un communiqué le SG du parti Hakim Belahcel.

Cette proposition du FFS, qui est mise en avant depuis bientôt un mois dans l’objectif de « sortie de crise pour l’avènement de la deuxième République » est venue suite à la « situation de flottement politique généralisée et face à l’entêtement pesant du pouvoir ». Selon lui, «les vraies forces du changement doivent agir … et être à la hauteur du contexte politique qui devient de plus en plus épineux».

Le FFS a jugé qu’aujourd’hui, « il est plus qu’indispensable voire urgent, d’accélérer la cadence de ces rapprochements d’idées et de visions » selon le parti de l’opposition, « l’heure actuelle est grave » et il estime que « l’initiative politique est à portée de mains pourvu que les bonnes volontés s’affichent et les organisations politiques, sociales, syndicales et personnalités nationales indépendantes se décident enfin à prendre le train de l’histoire dans le bon quai et dans le bon sens».

Partant sur la base du mouvement populaire qui, depuis plus de trois mois maintenant a largement exprimé ses attentes et a brillamment développé ses visions du « comment doit être l’Algérie de demain ? »

Ainsi, il a souligné qu’il est de son devoir d’apporter « immédiatement » la  « pierre à cet édifice de transition démocratique tout en restant en phase avec les revendications légitimes exprimées par les millions d’Algériennes et d’Algériens».

Soucieux de l’impératif du succès de cette initiative de rapprochement politique et conscient de sa portée sur le devenir du pays, le FFS propose que cette première rencontre se tienne sans préalables et sans conditions. Le FFS se dit aussi « disposé à contribuer activement à mettre en œuvre ce projet politique qui est salutaire pour l’avenir du peuple et de la nation».

A ce propos, il a indiqué que le parti a déjà « entamé un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatives évoluant dans divers horizons».

MDI School