12e mardi de contestation : Les étudiants disent non à « une élection présidentielle organisée par la bande »

universités du pays

Des milliers d’étudiants de plusieurs universités du pays sont sortis, ce mardi 14 mai 2019, pour protester contre le système, tous ses symboles, et rejettent toutes les initiatives de sortie de crise émanant de la « Bande » (El Issaba), notamment, l’élection présidentielle prévue le 4 juillet prochain.

A Alger, des centaines d’étudiants ont marché à travers les rues d’Alger-Centre après s’être vus empêchés, par l’important dispositif policier déployé dès la matinée, d’accéder à l’esplanade de la Grande Poste où ils avaient l’habitude de se rassembler.

Les étudiants se sont dirigés alors vers le siège du Parlement (APN) et, ont pu forcer un bouclier des forces anti-émeutes de la police qui tentait de les empêcher de progresser vers l’APN. Une fois sur place, où ils ont tenu un sit-in en scandant des slogans hostiles au pouvoir, notamment, Bensalah, Bedoui et Gaïd Salah. Les étudiants ont également scandé leur refus de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain qui sera organisée par la « Bande » (El Issaba).

Ensuite, les étudiants protestataires se sont dirigés vers le tribunal de Sidi Mhamed où ils ont tenu un sit-in devant le tribunal avant de prendre la rue Hocine Asla pour revenir vers la grande poste. Si vers 13H00, des étudiants ont commencé à se disperser dans le calme, d’autres étudiants sont restés pour continuer la manifestation. Après plusieurs tentatives, les étudiants ont pu accéder à la Grande Poste où ils se sont rassemblés en plusieurs centaines.

Au niveau des autre wilayas, les étudiants de Tizi-Ouzou, Béjaïa, Oran, Constantine, Annaba, Bouira, Sidi Bel Abbes, ont marché pour le 12e mardi consécutif contre le système et tous ses symboles.

Béjaïa

Tizi-Ouzou

Sidi Bel Abbes

Annaba

MDI Alger

Bouira

Bessa, Résidence la Pinède