Les étudiants insistent sur le départ du régime et l’indépendance non conditionnée de la justice

Les revendications des étudiants dans leur onzième sortie dans la rue, ont étaient très différentes et riches dans plusieurs sens. Ils ont affirmé le maintien de leurs mobilisations dans le Hirak jusqu’à la satisfaction des demandes du peuple.

La revendication phare demeure le départ du système avec tous ses symboles, pour cela les étudiants ont cité un par un les responsables, comme le chef, d’Etat, le Premier ministre et les principaux partis alliés du pouvoir les invitant à dégager.

A propos de la période de transition, qui se caractérise par plusieurs arrestation d’hommes d’affaires et d’autre responsables dans le système, les étudiant ont appelé à «l’indépendance de la justice dans cette période de transition » et «non à une justice conditionnée et sélective».

Toujours dans ce sens, certaines pancartes ont fait références aux technocrates pour gérer ce période de transitions. «Technocrates  ou êtes vous ?le pays à besoin de vous » peut-on lire sur une pancarte   brandi à la grande poste.

Les étudiants ont aussi appelé à l’instauration d’un état civil et non à un état islamique. «On veut un état civil et non islamiques » ont t-il scandé lors de leur rassemblement à la grande poste.

A propos des élections, les étudiants ont scandé haut et fort leur refus de la prochaine élection présidentielle prévue le 04 juillet prochain, demandant plus de garanties. « Ceux qui ont truqué les élections hier ne peuvent pas organiser des élections transparente aujourd’hui » ont-ils écrit sur une pancarte. «Nous voulons des élections transparentes si on n’acceptera pas » ont-ils noté sur une grande affiche.

MDI Alger

A noté que, les étudiants ont organisé leur mobilisation entre 10h et 14h avant de se disperser dans le calme et sans aucun incidents.

Bessa, Résidence la Pinède