Ouyahia comparaît devant le procureur de la République du tribunal de Sidi Mhamed

L’ex-premier ministre comparaît en ce moment devant le procureur de la République auprès de tribunal de Sidi Mhamed à Alger.

Ahmed Ouyahia sera entendu dans le cadre d’enquêtes liées à « des affaires de dilapidation des deniers publics et de privilèges indus ».

Devant le tribunal de Sidi Mhamed, un important dispositif policier a été déployé pour empêcher les citoyens de s’approcher, comme c’était le cas la dernière fois au lendemain de l’annonce de la convocation d’Ahmed Ouyahia par la Justice, une grande foule de citoyens l’attendait devant la batisse du même tribunal.

Toutefois, des dizaines de citoyens se sont rassemblés non loin du tribunal de Sidi Mhamed, qui est quadrillé par les forces anti-émeutes de la police.

Pour rappel, le ministre des finances Mohamed Loukal et l’ex-DGSN le colonel Abdelghani Hamel ont comparu lundi respectivement devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi Mhamed et devant le juge d’instruction du tribunal de Tipasa.

Loukal a été convoqué pour « des affaires de dilapidation des deniers publics et de privilèges indus », tandis que Hamel a été convoqué dans le cadre d’une enquête judiciaire sur des affaires de corruption relatives à « des activités illégales » et « trafic d’influence ». Les deux responsables ont quitté le tribunal sans être inquiétés.

Précédemment, les hommes d’affaires les frères Kouninef et le patron de Cevital Issad Rebrab ont été placés la semaine dernière sous mandat de dépôt et transférés à la prison d’El Harrach.

Les Kouninef ont été poursuivis pour les chefs d’accusation de « non respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics, trafic d’influence avec des fonctionnaires publics pour l’obtention de privilèges et détournement de fonciers et de concessions ».

MDI Alger

Tandis que, Issad Rebrab a été poursuivi pour « fausse déclaration relative aux transferts illicites de capitaux de et vers l’étranger, surfacturation d’équipements importés et importation de matériels d’occasion alors qu’il avait bénéficié d’avantages douaniers, fiscaux et bancaires ».

Bessa, Résidence la Pinède