Homela deuxLutte contre la corruption: Mebtoul suggère de réhabiliter la Cour des Comptes

Lutte contre la corruption: Mebtoul suggère de réhabiliter la Cour des Comptes

Pour la lutte efficace contre la corruption, il faut réhabiliter les institutions comme la Cour des Comptes, estime le professeur Abderrahmane Mebtoul.

 «La Cour des comptes exerce un contrôle sur la gestion des sociétés, entreprises et organismes, quel que soit leur statut juridique, dans lesquels l’Etat, les collectivités locales, les établissements, les entreprises ou autres organismes publics détiennent, conjointement ou séparément, une participation majoritaire au capital ou un pouvoir prépondérant de décision», indique MMebtoul.

Ainsi, la Cour des comptes est sensée s’assurer de l’existence, de la pertinence et de l’effectivité des mécanismes et procédures de contrôle et d’audit interne, chargés de garantir la régularité de la gestion des ressources, la protection du patrimoine et des intérêts de l’entreprise, ainsi que la traçabilité des opérations financières, comptables et patrimoniales réalisées.

Selon lui, la Cour des comptes devrait travailler en étroite collaboration avec l’Office central chargé de la prévention et de la répression de la corruption. L’accent a été mis sur la modernisation de cet outil permettant de mieux contrôler l’économie nationale afin de lutter efficacement contre toute forme de détournement et atteinte aux deniers publics et au patrimoine national. Se pose cette question : les procédures de la Cour des comptes en Algérie répondent-elles aux normes internationales ? S’interroge MMebtoul.

Dans tous les pays du monde où existe un Etat de droit, la Cour des comptes est une institution hautement stratégique.

Le professeur tient à rappeler que dans un rapport publié en octobre 2013 par l’UE, les pairs encouragent la Cour des comptes algérienne à résoudre certains problèmes identifiés lors de la revue, notamment, la longueur des procédures et des délais relatifs à certaines prises de décision ; la couverture limitée des contrôles ; le manque de standardisation des méthodes de travail ; la non publication et la diffusion restreinte des rapports de la Cour. « Certes, l’on a prévu de renforcer les prérogatives de la Cour des Comptes dans la nouvelle constitution. Mais cela n’est pas une question de lois ou de textes juridiques mais la volonté politique de luter contre la corruption et la mauvaise gestion », estime-t-il.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine