Gaid Salah accuse l’opposition de vouloir « entraîner le pays dans la violence et l’anarchie »

conférence de consultation

Le chef d’état-major de l’armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah a critiqué l’attitude de l’opposition qui a boycotté la conférence de consultation initié par la présidence pour la mise ne place d’une commission indépendante pour l’organisation de l’élection présidentielle prochaine.

« nous avons constaté l’apparition de certaines voix qui ne veulent aucun bien à l’Algérie, appelant à l’entêtement et l’acharnement à maintenir les mêmes positions préétablies, sans tenir compte de tout ce qui a été réalisé, le rejet de toutes les initiatives et le boycotte de toutes les démarches, y compris l’initiative de dialogue qui est censée être un des mécanismes civilisées qu’il y a lieu de valoriser, notamment dans ces circonstances particulières que vit notre pays dans un discours prononcé aujourd’hui lors de sa visite dans la première région militaire.

Ainsi, il y a lieu « de mettre à profit toutes les opportunités pour aboutir à une convergence des visions et un rapprochement des points à même de permettre d’aboutir à une solution, voire plusieurs, à la crise dans les plus brefs délais » a souligné le chef d’état-major de l’ANP qui averti au même temps, car « si la situation perdure davantage elle aura des conséquences néfastes sur l’économie nationale et sur le pouvoir d’achat des citoyens, surtout que nous sommes à la veille du mois sacré de Ramadhan ».

Selon Gaid Salah, « tout cela confirme que ces voix et ces positions obstinées œuvrent à entraîner le pays vers le piège du vide constitutionnel et le faire entrer dans la spirale de la violence et de l’anarchie, ce que refuse catégoriquement, à la fois, tout citoyen dévoué à sa patrie et l’Armée Nationale Populaire ».

Le vice-ministre de la défense nationale, en s’adressant à l’opposition dira que « le peuple algérien est souverain dans ses décisions, et c’est à lui qu’il appartient de trancher la question lors de l’élection du nouveau président de la République, qui aura la légitimité requise pour satisfaire le reste des revendications populaires légitimes».

Bessa, Résidence la Pinède