Le Club des magistrats dénonce les agissements du Général Toufik

club des magistrats

Le Club des magistrats algériens a dénoncé, dimanche 21 avril 2019, les agissements et manigances de l’ex-chef de DRS communément appelé «Reb Dzaïer» (le dieu de l’Algérie).

Dans un communiqué rendu public, le syndicat des juges en cours de création, a expliqué que «cet individu fantôme qui s’est fait passer, autrefois, pour ‘’Reb Dzaïer‘’ (le dieu de l’Algérie) a essayé désespérément de lier le présent et l’avenir de l’Algérie à sa personne».

«Celui nommé ‘’Toufik’’, qui maîtrise le langage des démons et des crocodiles, ne représente que lui-même et ses adeptes des gardiens du temple imaginaire qui cherchent à susciter la peur et à relier le pays à des agendas extérieurs», a ajouté le Club des magistrats.

Pour le syndicat des magistrats ces gens-là «qu’intéresse de l’Algérie que leurs intérêts étroits, font partie du passé, et sont aux yeux de la loi dans le cas où ils sont poursuivis en Justice, des justiciables ordinaires qui n’ont aucun privilège relatif au litige.»

MDI Alger

Les Club des magistrats, a dénoncé une campagne «féroce» contre les membres du syndicat, visant à perturber leur rôle joué et leur alignement du côté des revendications légitimes du mouvement populaire. Les magistrats «ont refusé le 5ème mandat et demandé la démission du Président de la République et du président du haut conseil de magistrature. Ils ont également appelé à lutter contre la corruption, à l’indépendance de l’autorité judiciaire et à la révision de toute les lois en vigueur. Ils ont aussi boycotté la supervision de l’élection prévue le 4 juillet prochain, et ce, sous le code électoral actuel et la présence des 3 B», a rappelé le Club des juges.

Bessa, Résidence la Pinède