AccueilLa uneMokdad Sifi rejette l’invitation de Bensalah et ne le reconnait pas en...

Mokdad Sifi rejette l’invitation de Bensalah et ne le reconnait pas en tant que Chef de l’Etat

- Advertisement -

L’ancien chef du Gouvernement Mokdad Sifi a rejeté, ce dimanche 21 avril 2019, l’invitation du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à des consultations politiques.

Dans une déclaration rendue publique dans la presse en réponse à l’invitation de Bensalah, Sifi a déclaré: « Je ne reconnais plus la légitimité constitutionnelle de Monsieur Bensalah pour représenter l’État. Je lui rappelle que je suis entièrement du côté du peuple, qui, depuis neuf vendredis consécutifs, manifeste à travers les rues du pays en demandant à tous les symboles du régime de Bouteflika de partir. »

The graduate Fair

« Le seul travail attendu de M. Ben Salah est qu’il démissionne de ses fonctions injustifiées en tant que chef de l’Etat », a-t-il déclaré, en ajoutant qu’ »il doit permettre au peuple algérien de choisir ceux qui lui proposent véritablement une transition vers une nouvelle république démocratique libérée des marécages des régimes précédents », a écrit l’ancien chef du Gouvernement.

Dans sa déclaration, Sifi a tenu à rappeler à Bensalah son refus de dialogue en 2011. « Je ne peux que lui rappeler, ainsi qu’à d’autres personnes, ma réponse à son appel de juin 2011, c’est-à-dire il y a huit ans », a ajouté Mokdad Sifi.

Mokdad Sifi a expliqué qu’ »aujourd’hui, ce pouvoir pris de panique et cerné par une crise étouffante, en raison de sa gouvernance défaillante, essaie de négocier des réformes de façade avec une opposition faible. La conséquence, parce qu’il n’a pas accepté de traiter avec cette opposition dont il ne voulait pas dans le passé, il est maintenant en face à face avec le peuple et il ne veut pas être seule face à lui. »

« Le pays n’a pas besoin de telles réformes, il a besoin d’un changement radical », a-t-il déclaré, Mokdad Sifi.

Pour l’ancien chef du gouvernement « la crise que nous traversons aujourd’hui est le résultat du manque de respect de la Constitution et des lois qui en résultent, et du fait que les centres de pouvoir sont délibérément placés au-dessus des lois ».

Il a considéré que l’invitation à des consultations est inopportune à la situation de crise politique actuelle, du fait qu’elle fera perdre au pays un temps précieux. Ce qui pourrait selon lui, avec la procrastination et les reports, « provoquer et accélérer une solution violente à cette crise, solution que notre pays et notre peuple doivent éviter. »

Toujours en réponse à l’invitation de Bensalah, Mokdad Sifi a proposé de mettre en place « une période de transition dirigée par un gouvernement de transition représentatif appuyé par un conseil de sages, chargé de revoir la Constitution, d’organiser des élections présidentielles et législatives, tout en assurant la libération des champs politique et médiatique. Et l’Armée Populaire Nationale doit s’engager à accompagner cette solution et œuvrer pour sa réussite. »

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine