Sortie de la crise politique en Algérie: Mebtoul présente Sept (07) propositions

intérêts supérieurs de l’Algérie

Il est illusoire de prévoir l’élection présidentielle pour le 04 juillet 2019 où l’on assisterait un boycott massif de la population qui ne résolue en aucune manière la crise qui est avant tout politique. C’est ce que estime le professeur Abderrahmane Mabtoul.

Selon lui, les constitutionnalistes peuvent trouver des solutions adéquates  conciliant  le respect de la constitution et la solution politique. MMebtoul émet dans ce cadre sept propositions.

Devant la gravité de la situation, le vice ministre de la défense nationale Chef d’Etat Major de l’ANP ayant affirmé récemment  que toutes les solutions sont ouvertes pour trouver rapidement une issue à la crise, il y aura démission de l’actuel chef d’Etat , le Haut conseil de sécurité  peut désigner une personne au maximum  à cinq personnes, étant souhaitable trois  ( le chiffre doit être impair donnant deux voix au président) qui auront l’autorité de chef d’Etat, devant faire l’objet d’un minimum de consensus.

Ensuite pour la deuxième proposition, MMebtoul dira que l’actuel gouvernement doit démissionner, la nouvelle présidence transitoire,  désignera un gouvernement  de compétences nationales non partisans, des personnes morales  chargés de gérer els affaires courantes jusqu’à la fin de l’année.

En troisième, il propose que la nouvelle présidence transitoire  installera et c’est l’aspect le plus important,  une commission indépendante de supervision des élections composée  de représentants de  la société civile dans sa diversité, les représentants  d’ El Hirak, les représentants des  partis politiques, et des  personnalités  candidats à l’élection présidentielle , avec des réseaux au niveau des wilayas et communes.

Ensuite, le ministère de l’intérieur, les walis (assurant seulement la logistique)  et les actuels APC à dominance FLN/RND  ne seront  pas ’concernés par cette supervision, la centralisation des résultats se faisant au niveau de la commission nationale et ce  afin d’éviter  la fraude.

La date de l’élection présidentielle devra avoir lieu, selon MMebtoul, le dernier trimestre 2019, avec une date précise. Pour lui, l’ANP, en symbiose avec le mouvement populaire, comme cela a été  souligné  par le haut commandement de l’ANP,  veillera  à des élections «  transparentes »   et accompagnera cette transition démocratique, pour revenir à ses missions constitutionnelles après l’élection présidentielle.

MDI Alger

En enfin, afin d’éviter le vide institutionnel, seul un Président légitime pourra réviser la constitution dissoudre l’ APN et le  Sénat  et tracer les profondes réformes politiques, sociales et économiques  qui doivent être contenues dans son programme.

Bessa, Résidence la Pinède