Militantes déshabillées : un nouveau témoignage qui met à mal la version de la police (vidéo)

L’affaire des quatre militantes déshabillées par la police au commissariat de Baraki continue de faire couler beaucoup d’encre.

Un nouveau témoignage a mis à mal la version de la police qui a démenti « les allégations » visant à « ternir l’image de la police », a indiqué hier la Sûreté d’Alger dans un communiqué.

Dans une vidéo, Hania Chabane, une des victimes, raconte cet acte humiliant. Elle confirme que la policière lui a demandé de se dénuder après trois heures d’attente dans le commissariat. Elle s’interroge aussi sur la légalité de leur transfèrement au commissariat de Baraki alors que les militantes ont été interpellées à Alger.

La sûreté de la wilaya d’Alger a démenti catégoriquement les allégations contenues dans un enregistrement vidéo, selon lesquelles quatre citoyennes ont subi des maltraitances » dans le commissariat de Beraki.

Selon le même communiqué, les faits relayés étaient « sans fondement, et visent à ternir l’image de ce corps sécuritaire dont les services ne cessent de veiller à garantir le respect strict des lois de la République et les principes des droits de l’Homme tout en préservant la dignité des citoyens ».

MDI Alger

Hania Chabane a qualifié cet acte « d’abus de pouvoir », mais cela ne va pas l’empêcher de manifester, « je ne me mettrai jamais à genou. Je suis prête à mourir pour l’Algérie », a-t-elle affirmé.

Bessa, Résidence la Pinède