Les militantes du MDS et du RAJ déshabillées au commissariat de Baraki

militantes déshabillées

La police a commis un acte abjecte en s’attaquant à l’honneur de ces femmes militantes. Des militantes du MDS et du RAJ ont été déshabillées au commissariat de Baraki où les militants étaient transférés après leur interpellation par la police samedi à Alger-Centre.

En effet, selon les témoignages recueillis par TSA, les quatre militantes (2 du MDS et 2 de RAJ) ont été complètement déshabillées au niveau de ce commissariat.

L’unes des militante arrêtée par la police à la Grande Poste, Ines, a témoigné à TSA que « Samedi, juste avant 17 heures, nous étions dans un café à côté de la Grande Poste. Alors qu’on s’apprêtait à rejoindre les escaliers pour notre rassemblement quotidien, les policiers sont venus interpeller Djalal, un militant comme nous. J’ai commencé à filmer la scène. Un policier m’a arraché le téléphone et m’a embarquée avec les autres en m’insultant. Nous avons été conduits au commissariat de Baraki. Sur place, un agent de police a fouillé les sacs des filles alors qu’il n’a pas le droit, cela doit être fait par une femme ».

Elle a expliqué à la même source, qu’près une attente de plusieurs heures au commissariat, à 22h00 « un agent femme en civil est venue. Elle nous a pris une à une dans une chambre isolée. Elle m’a demandé de me déshabiller intégralement. Je lui ai dit : « Pourquoi ? Je n’ai rien fait de grave ». Elle m’a répondu : « Ne m’apprends pas mon travail, enlève tes habits et ne me parle pas ». Elle a fouillé même le fond de mes chaussures et farfouiller profondément mes cheveux ». Les militantes ont été scandalisées par ce qu’il leur est arrivé.

Pour rappel, les manifestants au nombre de 10, ont été interpellés par la police  à la Grande poste à 17h00, alors qu’ils s’apprêtaient à organiser un rassemblement de protestation. Les militants du MDS et Du RAJ, ont été transférés vers le commissariat de Baraki, avant d’être libérés après plusieurs heures de détention vers 1h00 du matin.

Réagissant à cet acte abjecte de la police de Baraki, l’association RAJ a dénoncé dans un communiqué publié sur page Facebook « l’humiliation des militantes ».

MDI Alger

« Hier lors de l’interpellation ciblée, avant le rassemblement, de les militantes du RAJ et celles du MDS au niveau de la grande poste lors de l’interdiction du rassemblement qui devait ce tenir à la grande poste, la police a procédé au commissariat de Baraki à Alger à la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière chose qui n’est pas totalement adaptée à ce genre d’interpellations », a écrit RAJ.

« Le RAJ dénonce ses comportements d’un autres âge et condamne avec force ces actes qui portent atteinte à la dignité de la personne humaine », a ajouté la même source.

Pour l’association présidée par Abdelouahab Fersaoui « cette manière d’agir n’est que de l’intimidation et de la pression inutiles sur les militantes ne visant qu’à démobiliser et décourager les Algérien.ès de revendiquer leurs droits à la liberté de manifester et de rassemblement. »

De son côté, le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali, a régi sur sa page Facebook, en déclarant que « a police de Baraki vient de commettre une abjecte vilenie en s’attaquant à l’honneur de militantes du MDS et de RAJ arrêtées lors d’une manifestation à Alger ce samedi 13 avril. »

« Le Premier Ministre, le Ministre de l’Intérieur et le DGSN sont interpellés. La policière ayant commis cet acte barbare ainsi que ses responsables directs doivent être immédiatement relevés de leurs fonctions. Une enquête doit être diligentée pour savoir qui a donné cette instruction », a-t-il écrit.

Pour Sofiane Djilali « le pouvoir, après avoir cerné Alger par la gendarmerie, créé de toutes pièces des incidents pour pouvoir « gazer » les manifestants, s’attaque maintenant à l’honneur de nos femmes. »

« Il n’ y a pas de doute que ce pouvoir est immoral et sans honneur », a-t-il déclaré, ajoutant que « les Algériens ne se tairont pas face aux actes de voyous qui touchent à notre honneur! »

Bessa, Résidence la Pinède