Le géant pétrolier Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 milliards

américain Chevron

Le géant pétrolier américain Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko : pour 33 milliards de dollars, elle renforce sa position dans le gaz naturel liquéfié (GNL) et dans la région riche en pétrole du bassin permien.

Cette transaction est l’une des plus importantes dans le secteur pétrolier depuis le rachat en 2015 pour 61 milliards de dollars de BG Group par Royal Dutch Shell.

Elle intervient au moment où les prix du pétrole sont en train de rebondir après plusieurs années de forte baisse qui ont entraîné une dégringolade des bénéfices et des investissements des majors pétrolières à travers le monde.

Il n’est pas exclu une surenchère d’un autre groupe pétrolier. D’après la chaîne de télévision CNBC, la société américaine Occidental Petroleum a approché Anadarko en lui offrant un prix plus élevé mais ses avances ont été repoussées. Occidental Petroleum, qui n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP, n’a pas dit son dernier mot, affirme CNBC.

Le mariage Chevron-Anadarko traduit le double pari du premier d’investir massivement dans le nouvel eldorado du secteur : la région du bassin permien, qui s’étend de l’ouest du Texas au sud-est du Nouveau Mexique.

Cette zone abrite les principales réserves américaines et est devenue le champ le plus prolifique au monde devant le bassin saoudien Ghawar avec des extractions de 4,1 millions de barils par jour (mbj).

Chevron, qui investit abondamment dans les sites australiens de GNL de Gorgon et Wheatstone, choisit ainsi également de miser sur le gaz naturel devenu une des ressources les plus prisées par les majors au moment où la lutte contre le changement climatique a rendu les énergies fossiles indésirables. « Les géants de l’énergie reconnaissent qu’ils ont besoin d’investir plus dans le gaz de schiste et les énergies renouvelables« , a commenté Jarand Rystad, fondateur du cabinet Rystad Energy, estimant que Chevron va devenir le « leader incontesté » en matière de production dans le bassin permien avec une extraction de 1,6 mbj d’ici 2025 devant ExxonMobil. « La combinaison des actifs de grande qualité d’Anadarko et de notre portefeuille renforce notre position de leader dans le Bassin permien, permet d’étendre nos capacités dans le golfe du Mexique et renforce notre activité dans le gaz naturel liquéfié« , s’est réjoui Michael Wirth, le PDG de Chevron, cité dans un communiqué.

Chevron va aussi mettre la main sur un projet important dans le GNL d’Anadarko au Mozambique, en concurrence avec ExxonMobil.

La société, dont c’est la plus grosse acquisition depuis le rachat de Texaco en 2000, va également prendre le contrôle d’un corridor dans le bassin du Delaware (Texas) riche en gaz de schiste et se renforcer dans le golfe du Mexique pour l’exploration pétrolière en eaux profondes. « Chevron va devenir la deuxième major productrice » d’hydrocarbures au monde, avance Roy Martin chez Wood Mackenzie, devant Royal Dutch Shell et BP mais derrière ExxonMobil. Les géants publics comme Aramco ne sont pas classés.

Notons qu’Anadarko détient des actifs en Algérie. Il produit près de 260.000 barils/jour  notamment sur le champ Hassi Berkine Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El Merk à Illizi qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.

MDI Alger

Afp

Bessa, Résidence la Pinède