Mohammed Yaddadene Consultant du secteur automobile: « Tous les projets de montage automobile agrées sont censés être suivis et évalués »

Pris des véhicules

Dans cet entretien, l’expert du domaine automobile, M.Yaddadene, réagit aux différentes informations qui circulent ces derniers jours sur le secteur y compris la facture d’importation des CKD et SKD, l’ouverture d’enquêtes au niveau des entreprises de montages de véhicules et enfin sur le report du salon de l’automobile.

Algérie-Eco : Devant la crise économique à laquelle fait face l’Algérie, certains spécialistes proposent pour des besoins économique, de mettre fin à l’importation et le montage de véhicules de grosse cylindrée et autres 4/4. Êtes-vous de cet avis?

M.Yaddadene : Devant l’importance de la facture des importations des CKD et SKD et au vu du manque à gagner subi par le trésor public  et compte tenu des volumes réalisés , je pense que le mix produit des gammes a besoin d’être revu vers les gammes de prix  accessibles à toutes les bourses et cela permettra de doubler les volumes si les projets d’assemblage devaient réaliser des véhicules dont les prix conviendraient au pouvoir d’achat des algériens.

En fait les 4X4  et SUV sont devenus une mode pour les amateurs de ce type de véhicule, aussi supprimer les grosses cylindrées et 4X4 ne constitue pas une solution finale mais juste un réajustement du mix produit, mais n’oublions pas que chaque marque possède sa cible de clients, cette suppression  qui risque d’éliminer  ou de réduire l’activité de certaines marques du paysage de l’industrie de montage. En fait, il faut répondre à la demande du marché, et cela suppose que les études de marché aient été réalisées pour mieux y répondre. La solution réside dans la définition d’une stratégie du secteur de l’industrie mécanique et le choix des opérateurs avec la redistribution des cartes au lancement.

D’autres appellent à l’ouverture d’enquêtes au niveau des entreprises de montages de véhicules afin de vérifier le financement d’importation des pièces. Qu’en pensez-vous?

Si on se remet à la réglementation en vigueur et au cahier des charges régissant le montage, tous les projets  agrées sont censés être suivis et évalués depuis l’idée du projet jusqu’au montage et la mise vente des produits sur le marché

Les importations se doivent être contrôlées à l’arrivée pour mieux apprécier le processus, le contenu et les prix des kits dont les couts touchent directement les prix.

Comme vous l’avez dénoncé à maintes reprises dans vos entretiens, il a été signalé ces derniers jours la mauvaise gestion du montage automobile. Un commentaire sur le sujet?

 Je pense qu’il ya eu un mauvais départ en l’absence d’une stratégie réelle pour développer ce secteur et qu’on n’a pas pris le temps nécessaire pour mettre en œuvre les projets de montage qui devaient être des projets de fabrication. Les concessionnaires établis sur le marché ont subi le coup au point où certains se sont vus écartés de la course d’une manière arbitraire en dépit de plus de vingt ans de représentation et d’activité sur le marché. La réflexion a été trop courte et la mise en œuvre trop rapide sans stratégie de développement d’où les résultats atteints.

Le salon de l’automobile a été reporté. Pourquoi à votre avis?

MDI Alger

Les organisateurs devraient donner d’avantages  d’informations à ce sujet. Il ya eu trop d’hésitation pour le retour de cet important événement  que le public a toujours bien apprécié. Je pense que c’est du en partie à la conjoncture actuelle mais cela ne peut justifier ce report. La vie économique ne doit pas subir au risque de perdre la face  d’autant plus que beaucoup de salons se sont bien déroulés ces derniers mois à moins que les assembleurs aient des difficultés dans la réalisation des volumes et qu’ils se suffisent des actions promotionnelles avec des grandes  remises  sur les prix d’une manière régulière. Mon souhait, c’est  que le salon de l’automobile d’Alger revienne dans le calendrier le plus tôt possible pour le plaisir des professionnels.

Bessa, Résidence la Pinède