Cosob: Le volume des échanges en bourse en baisse de 51,85% en 2018

contrat de liquidité

Le volume global des échanges en bourse, en 2018, se chiffre à 226.505 titres soit en baisse de 51,85% par rapport à l’année 2017. C’est ce qui ressort du dernier rapport annuel de 2018  de la Commission d’Organisation et de Surveillance des Opérations de Bourse (Cosob).

Les échanges en valeur se chiffrent à 206.127.271 DA, soit une baisse de 31,8% par rapport à 2017. Le nombre de transactions réalisées en bourse est stable par rapport à l’année 2017, mais reste tout de même très insuffisant, ce qui dénote du faible niveau de liquidité sur le marché. Cette situation renseigne sur l’immense travail qui reste à faire par la place d’Alger en termes de démarchage, de vulgarisation de l’activité boursière et de l’éducation financière. L’activité d’animation du marché, les mécanismes de liquidité et la communication financière régulière par les émetteurs sont également des éléments à privilégier pour améliorer cette situation.

Le même rapport indique que BNP PARIBAS El Djazair est le plus actif des IOB depuis plusieurs années. En effet, en 2018, il a réalisé 70% des achats en volume et 76% des achats en valeur. La banque CPA, deuxième IOB en termes des achats arrive très loin derrière avec 10% des achats en volume et 8% des achats en valeurs. Coté ventes sur le marché, la situation est assez équilibré puisque quatre IOB, en l’occurrence, BNP PARIBAS El Djazair, CNEP Banque, CPA et BEA font 83% des échanges en volume et en valeur.

Par contre, la bourse d’Alger n’a enregistré durant toute l’année 2018 aucune transaction réalisée dans le cadre d’opérations de contrepartie pour le propre compte de l’IOB.

Concernant l’activité d’animation du marché En 2018, un seul titre coté a fait l’objet d’un contrat de liquidité, en l’occurrence le titre BIOPHARM. En effet, la société a signé un contrat de liquidité, d’une durée de 6 mois, conformément aux dispositions de l’article 715 bis du code de commerce autorisant l’achat par la société de ses propres actions en vue de réguler le cours des actions cotée en bourse, et conformément à l’article 127 du règlement COSOB n° 97-03, modifié et complété, portant règlement général de la bourse des valeurs, autorisant l’IOB à intervenir en vertu d’un contrat de liquidité conclu avec l’émetteur en vue de réguler le cours des actions par des opérations de contrepartie.

Aussi, au 31 décembre 2018, le nombre de comptes titre tenus, dépasse les 21 000 comptes dont près de 97,13% appartiennent à des personnes physiques. Le nombre de comptes ouverts en 2018 s’élève à 189 contre plus de 125 en 2017 et 2675 en 2016 lors du lancement de l’opération de Biopharm.

MDI Alger

Ainsi, il y a une relation étroite entre l’ouverture de comptes titre et le lancement des opérations d’offre publique de vente. Les chiffres démontrent aussi que les IOB multiplient leurs efforts pour le placement des titres au marché primaire, mais en dehors de ces opérations, le démarchage fait défaut. Le bassin d’investisseur existant devrait normalement booster les échanges sur le marché. Cependant, la valeur moyenne des échanges par investisseur, par année, s’élève à 9594 DA, ce qui est insignifiant. Les volumes échangés et le nombre de transactions réalisées pendant toute l’année, permettent de déduire, facilement, que de très nombreux comptes titre sont restés inactifs, soit par faute d’offre de titres sur le marché pour reconstituer le portefeuille titres, soit par manque d’information sur les opportunités possibles. Cela dénote, également, le long chemin à parcourir et les efforts qui restent à faire en matière de communication, de démarchage et de conseil envers les investisseurs pour atteindre les objectifs d’un marché dynamique et liquide.

Bessa, Résidence la Pinède