Rachid Nekkaz compte installer le 22 mars prochain « un gouvernement provisoire d’union nationale »

véhicules transportant les manifestants

Rachid Nekkaz, ex candidat à l’élection présidentielle d’avril prochain, qui fait désormais partie du passée puisqu’elle a été annulée par le président Abdelaziz Bouteflika, a annoncé, ce jeudi 14 mars 2019, qu’il compte installer « un gouvernement provisoire d’union nationale » le 22 mars prochain, comme se fut le cas lors de la révolution algérienne qui a mis en sur pied le GPRA.

Dans une vidéo diffusée sur chaîne Youtube, Rachid Nekkaz a déclaré que « Si d’ici jeudi, la Constitution et les élections ne sont pas rétablies, si le président-mort et son gouvernement n’ont pas démissionné », il « demande à tout le peuple algérien de marcher pacifiquement, avec des dattes à la main vers El Mouradia le vendredi 22 février à 15h afin d’installer la deuxième République ».

« Avec l’accord du peuple algérien, comme le GPRA de Ferhat ABBAS, un gouvernement provisoire d’union nationale sera créé pour sauver l’Algérie », a-t-il annoncé, en précisant qu’il ne comptait pas en faire partie, mais, « avec tout le peuple algérien, il le surveillera de très près. Vive l’Algerie! », a-t-il ajouté.

En réaction aux dernière décisions prises par Bouteflika, Nekkaz a indiqué que « le 11 mars, la mafia des 40 voleurs a violé la constitution algérienne qu’elle a elle-même modifiée en 2016. Elle a aussi annulé les élections qu’elle a elle-même organisées car elle savait qu’elle allait perdre le pouvoir ».

Il a qualifié Noureddine Bedoui de dictateur et l’a accusé de l’avoir mis sous « résidence surveillée ». « Le nouveau Premier ministre illégitime Bedoui est un dictateur qui a placé en résidence surveillée illégale des candidats à l’élection présidentielle et a fait kidnapper en live sur l’autoroute Rachid Nekkaz par la BRI ». Et d’ajouter que « Le nouveau vice Premier ministre illégitime Lamamra a empêché en avril 2017 Rachid Nekkaz d’être candidat aux élections législatives ».

MDI Alger

« Le peuple algérien ne fait plus confiance à ce régime violent et illégitime qui ment aux Algériens en sacrifiant l’avenir de toute la jeunesse algérienne et en volant toutes les richesses du pays », a-t-il déclaré.

Bessa, Résidence la Pinède