Zaalane dément les rumeurs sur la dégradation de la santé de Bouteflika

Plan de développement de Air Algérie

Abdelghani Zaalane, directeur de la campagne électorale du président Abdelaziz Bouteflika, a démenti, mercredi, dans un entretien accordé au quotidien El Khabar, les informations rapportant la dégradation de la santé de Bouteflika hospitalisé dans les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) en Suisse.

Zaalane a affirmé que, Bouteflika est encore à Genève pour des contrôles médicaux périodiques qu’il terminera bientôt. «Je vous affirme ainsi qu’à tous les citoyens que, sa santé (Bouteflika ndlr) n’est pas inquiétante.

«A chaque fois que le président décide d’effectuer des contrôles médicaux, il met le peuple au courant, et même dans sa lettre adressée à la nation, il n’a pas caché son état physique, qui n’est plus comme avant», a-t-il rappelé, en affirmant que, les informations parlant de lui n’ont aucun fondement, notamment sur son état de santé.

A ce propos, pour rappel, le journal suisse, La Tribune de Genève a révélé mercredi que, Abdelaziz Bouteflika, serait «sous menace vitale permanente» en raison d’une atteinte systémique à ses réflexes corporels.

Rappelons également que, Bouteflika est hospitalisé depuis le 24 février dernier au HUG de Genève, deux jours après (22 février) le début des manifestations contre le cinquième mandat qu’il compte briguer.

Par ailleurs, sur l’appréciation des citoyens du contenu de la lettre adressée à la nation par le président Bouteflika, et les engagements qu’il a annoncé, notamment, la conférence nationale et l’organisation d’une élection présidentielle à laquelle il ne sera pas candidat. Selon Zaalane, personne ne peut évaluer le pour et le contre des citoyens, et chacun interprète les réactions des citoyens selon ses intérêts.

«A ce propos, je vous affirme et selon les échos qui nous sont parvenus, de larges tranches des citoyens ont réagi positivement avec les réformes proposées, à partir du fait qu’ils ont trouvé dedans une réponse à leurs revendications. Et dire que les algériens ont refusé ou accepté ces réformes, personnes ne peut l’évaluer avant de voir les résultats de l’élection du 18 avril prochain», a-t-il précisé.

A propos des manifestations contre le 5ème mandat qui se déroulent depuis le 22 février, Zaalane a rappelé que Bouteflika a affirmé que «tout citoyen à le droit d’exprimer ses opinions et ses idées avec civisme», et il a salué «le caractère de civisme et pacifique des manifestations depuis leurs début». Il a ajouté que «il faut aussi respecter le choix des algériens qui n’ont pas participé à ces marches et qui ont choisi de le faire en toute liberté lors de l’élection présidentielle».

Sur la crainte de voir le mouvement populaire pacifique jusqu’à maintenant, de prendre une autre tournure, Zaalane a estimé que, le peuple algérien et sa jeunesse ont atteint un certain degré de conscience, maturité et de civisme qui les laissent savoir la valeur de sauvegarder la nation, la paix et la stabilité. «La décision du président de ne pas aller vers un mandat complet et son plan d’organiser une élection présidentielle anticipée garantira la transition générationnelle dans le calme», a-t-il expliqué.

En outre, le directeur de campagne de Bouteflika a appelé l’opposition, si elle veut réellement le changement, à saisir la chance de la conférence nationale inclusive proposée par Bouteflika qu’il a qualifiée d’historique.

Zaalane n’a pas souhaité s’exprimer sur l’application de l’article 102 de la constitution auquel appelle l’opposition.

MDI