Emmanuel Macron suit de très près la situation en Algérie

durcir la politique d’immigration

La France suit de près la situation en Algérie, en raison des manifestations contre la candidature du président Bouteflika à un 5ème mandat.

A la veille de la manifestation du vendredi prochain, le président français, Emmanuel Macron, a appelé mardi dernier, l’ambassadeur de France en Algérie, M. Xavier Driencourt, pour évoquer la situation sur place avant de lui demander de faire l’aller-retour à Paris hier pour qu’il rencontre le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, selon la Radio française RFI. Le sujet a d’ailleurs été évoqué mercredi dernier en Conseil des ministres, a affirmé la même source.

Un autre média français s’est fait l’écho de cette attention particulière de l’ancienne puissance coloniale pour la situation en Algérie. En effet, l’Obs a indiqué ce jeudi que « le président suit personnellement et de très près ce qui se passe en Algérie, confie une source au palais. Non seulement il lit tous les rapports diplomatiques sur le sujet, mais – fait très inhabituel – il a téléphoné lui-même mardi [26 février] à l’ambassadeur de France sur place [Xavier Driencourt] pour connaître son appréciation de la situation. »

L’intérêt de la France pour les récents événements en Algérie n’est pas anodin, eu regard de la proximité géographique et des liens historiques qui lient les deux pays. La France, qui abrite une importante communauté algérienne, craint un flux massif de migrants, si la situation en Algérie venait à se dégrader davantage.

La France tient aussi à la coopération avec l’Algérie dans le domaine sécuritaire, notamment la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel.

MDI Alger

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, a déclaré hier que son pays souhaite que l’élection présidentielle du 18 avril en Algérie « se déroule dans de bonnes conditions en assurant la transparence de la campagne. »

Bessa, Résidence la Pinède