Said ferri: « La stabilité de l’Algérie et sa proximité avec l’Europe sont des facteurs d’attractivité »

convention Europe–Afrique du Nord

Dans cet entretien, Said ferri, représentant en Algérie, de la convention Europe–Afrique du Nord, revient sur la 16eme édition qui s’est déroulée le 15 et 16 février à Bordeaux, évoquant  le développement des startups algériennes, et l’importance de l’économie sociale et solidaire.

Algerie-Eco : Comment voyez-vous l’évolution des start-up algériennes dans l’espace Europe-Afrique du Nord ?

M.Ferri : La mobilité en faveur de l’entrepreunariat, l’innovation, l’économie digitale est la question centrale pour l’intégration économique Europe-Afrique du Nord des start-up algériennes. Cela passe par la mobilisation des écosystèmes d’appui à l’innovation (incubateur, cluster, lab) pour développer des collaborations technologiques et d’affaire croisées avec un accompagnement  de mise en relation accéléré à l’international (réseau de start-up, investisseurs, labs).Les start-up peuvent aussi s’insérer dans leur éco-systéme local (Incubateur ou accélérateur) pour une meilleure proposition de valeur.

Les start-up ont des modes de pensées local mais doivent agir en global  pour s’orienter vers des solutions spécifiques de mass market dans ce vaste ensemble.C’est pourquoi nous pouvons co-construire un nouveau modèle d’engagement structurant pour les start-up algériennes en les accueillant dans des espaces de co-workingpar exemple.Ce peut être un lieu d’exploration de solutions inspirantes communes euro-nordafricaine mais surtoutl’occasion de faire du business et du réseautage avec des investisseurs et Venture capital.On doit par ailleurs imaginer des dispositifs de financement innovant tel que le crowdfunding (financement participatif) pour structurer l’accès au financement.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’économie sociale et solidaire ?

L’Economie sociale et solidaire repose sur des valeurs et des principes communs d’utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants.

Les acteurs de l’Economie sociale et solidaire investissent dans des projets durables, à moyen et long terme dans des champs très divers : environnementaux (notamment la transition énergétique citoyenne),le logement, la santé, la finance (mutualité d’assurance), producteurs en circuits courts, etc. Ils se caractérisent par la coopération (comme dans les Pôles territoriaux de coopération économique) et par l’innovation dans le domaine du travail et de l’emploi.

Dans un monde globalisé, les acteurs de l’ESS rappellent l’importance de la localisation de l’activité économique intégrant les besoins de chaque territoire.De surcroit, ce choix d’une relocalisation économique donne naissance à un cercle vertueux, à plusieurs titres. Au niveau économique et social, les activités fortement territorialisées ont l’avantage d’offrir une importante ressource d’emplois non délocalisables. Ecologiquement, les circuits courts permettent par exemple de développer un mode de consommation responsable et respectueux de l’environnement. Enfin, au niveau sociétal et humain, l’ancrage territorial de l’ESS permet de rétablir des liens sociaux.

Pensez-vous que le climat des affaires en ALGERIE est favorable pour le développement de ces échanges, entre les deux rives ?

La stabilité de l’Algérie et sa proximité avec l’Europe sont des facteurs d’attractivité pour l’investissement direct étranger (IDE) tout comme la diversification de l’économie, vecteur de croissance économique et d’emploi.

La gouvernance et l’action de l’Etat dans l’amélioration du climat des affaires par des mesures de facilitation sont un levier pour l’attractivité des IDE pour l’ALGERIE et un soutien fort à l’entrepreneuriat.

L’amélioration du climat des affaires est plus favorable pour les IDE en ALGERIE par la volonté des pouvoirs publics d’initierun code des investissements incitatif (exonérations fiscales à long terme) même si certains diront que la règle dite 51/49, régissant l’investissement étranger en Algérie est contraignant.

D’un point de vue macro économique, l’Algérie recéle des opportunités de marché lucratives dans plusieurs secteurs à forte potentialité de croissance de long terme tels que l’agriculture, le tourisme, les technologies de l’information, la construction automobile, l’énergie.

Vous pilotez l’un des premiers projet de l’AREEA en ALGERIE, en l’occurrence, la création d’une centaine de projets d’aquaponie. Quels en sont les objectifs, et comment réagissent les agriculteurs algériens à ces nouveaux projets ?

Nous voulons développer une méthode de production durable inclusive basée sur la technique de l’aquaponie (aquaculture + hydroponie) au profit de l’insertion sociale et économique des populations d’agriculteur en zone rurale.

Notre souhait est de sensibiliser de façon pédagogique les jeunes agriculteurs et les populations rurales à adopter le principe de l’aquaponie dans une démarche de développement durable et d’économie sociale et solidaire afin de leur assurer des revenus complémentaires sans supporter d’investissement coûteux.

Nos objectifs sont de trois ordres :

– Recueillir l’adhésion pour ces nouvelles techniques à faible impact environnemental autour du principe d’économie circulaire de circuit court de proximité permettant d’augmenter les ressources financières additionnelles des populations à faibles revenus,

– Favoriser l’appropriation des techniques, montrer par l’exemple, diffuser, informer et éduquer à ces nouvelles pratiques,

– Faire émerger un éco-systéme favorable au transfert technologique et le développement économique de l’aquaponie en ALGERIE,

Nous avons d’ailleurs exposé le projet lors du 1er salon national de l’innovation et l’agriculture avec le soutien de la DG pêche et Aquaculture de TIZI OUZOU ou nous avons noté une très bonne acceptation du concept d’aquaponie parmi les agriculteurs, les visiteurs et les institution nationales.

Nous travaillons de concert avec la chambre d’agriculture et d’aquaculture de la wilaya de TIZI OUZOU afin d’identifier les profils motivés à s’engager dans l’activité d’aquaponie.

Que pensez-vous des résultats de cette édition de la convention Europe Afrique du Nord ?

La CGEA est partenaire de la Convention Europe Afrique du Nord,qui comme chaque année, voit une participation algérienne de très haut niveau. Elle est composée cette année pour la première fois de start-up algérienne ;

Plusieurs personnalités étaient présentes du Maghreb, de France et d’Allemagne, pays à l’honneur qui était représenté par le patronat allemand et l’organisation pour la promotion des femmes dans les conseils d’administration.

Mr Tibaoui, CEO du WTCA et Mr LUNEL, Partner de Ernest & Young ALGERIE ont donné une conférenceaux côtés duplus de 25 conférenciers qui se sont succédés présentant les thématiques de l’Economie sociale et solidaire, le partenariat économique Europe Afrique du Nord, la présentation de projets et de réalisations, le financement des start-up et des projets innovants, et bien d’autres thématiques économiques prioritaires. L’ensemble des participants a salué le haut niveau des interventions, et la pertinence du choix des conférenciers, venus de Tunisie, Algérie, Maroc, Allemagne et France.

Angui Bienvenue, directrice Afrique au BVMW- Mittlestand (représentation patronale allemande forte de 600 000 membres) a annoncée le programme d’investissement « Alliance for Africa » qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle offensive économique allemande en direction du continent africain et a souligné l’importance du partenariat avec l’Afrique dans la mise en valeur des potentiels économiques.

Une exposition parallèle a réuni des entreprises des deux rives, et des associations professionnelles opérant dans le partenariat Europe Afrique du Nord. Des Trophées ont été remis par les présidents des délégations maghrébines aux lauréats :

  • ID1, une start’up de Limoge qui opère dans le domaine de la e-santé,
  • ADANEV, une PME de la région parisienne spécialisée dans le transport médicalisé
  • Mybigbox, une start’up de Bordeaux avec une box de produits des terroirs du Maroc
  • Business Wise, une société algérienne présente dans l’économie sociale
  • Kyo Conseil, première agence de marketing inbound en Algérie

Des dizaines de rendez-vous d’affaires ont eu lieu durant la Convention dans les différents temps : post conférences, exposition, déjeuners et cocktails de réseautage. Des projets ont été identifiés, avec une priorité pour les transferts desavoir faire inter maghrébins.

L’une des avancées de la 16ème édition de la Convention est l’intégration de l’Allemagne en tant que partenaire pour l’édition 2020, prévue à Toulouse, les 20 et 21 février, et qui a obtenu déjà l’adhésion des autorités locales en Occitanie.

Fait marquant, la participation algérienne, bien que handicapée par le problème récurrent des visas, a surpris les participants par la qualité des interventions des jeunes start-up qui expriment la vitalité de la société civile.

M.Tibaoui,Président du World Trade Center, a présenté avec M. Lunel, responsable de Ernest& Young Algérie, l’environnement des affaires actuel et les opportunités à saisir.

Le but de la 16ème Convention Europe Afrique du Nord est de rapprocher les points de vues des opérateurs des pays concernés, et de faire émerger de nouveaux projets de collaboration à la fois verticale et horizontale. La Convention accompagne ses exposants et partenaires tout au long de l’année pour l’atteinte de leurs objectifs.

GMI BS

Un nouveau réseau d’affaires Nouvelle Aquitaine-Occitanie-Maghreb a vu le jour, piloté par des entrepreneurs des deux rives, contribuant à la mise en relations d’affaires et aux investissements.

Bessa, Résidence la Pinède