D’ici 2030, l’Afrique représentera la deuxième opportunité d’affaires de l’industrie mondiale de la santé

Vera Songwe
Vera Songwe, secrétaire exécutive de la commission économique des nations unies pour l’Afrique

L’Afrique devrait représenter la deuxième opportunité d’affaires au monde dans le secteur de la santé, a indiqué mardi dernier, Vera Songwe (photo), secrétaire exécutive de la commission économique des nations unies pour l’Afrique.

La responsable indique que le continent africain devrait compter pour 14% de toutes les opportunités d’affaires dans le secteur de la santé et du bien-être dans le monde, d’ici les 11 prochaines années.

Dans le classement des meilleures opportunités d’affaires pour le secteur d’ici 2030, seule l’Amérique du Nord devrait dépasser le continent avec 21 %.

L’industrie sanitaire pourrait également générer 16 millions d’emplois en Afrique, contribuant ainsi à la réduction du chômage.

Sur un continent où la demande dans le secteur de la santé est forte mais localement mal desservie, le secteur privé pourrait jouer un rôle déterminant. D’après la responsable, le continent pourrait réduire ses importations de produits pharmaceutiques de l’extérieur, dont le montant s’élève annuellement à 14 milliards $.

L’arrivée de nouveaux acteurs privés du secteur de la santé pourrait entraîner le développement d’une industrie locale, si les investissements nécessaires sont consentis, surtout dans le secteur pharmaceutique. « C’est une énorme opportunité pour le secteur privé.», souligne Vera Songwe.

Mais encore faudrait-il que les gouvernements accompagnent ces investissements de politiques publiques adéquates, sur un marché continental dominé par les faux médicaments généralement moins chers par rapport aux produits fabriqués dans le circuit officiel. D’après l’OMS, en Afrique, 7 médicaments sur 10 sont faux.

MDI Alger

Ecofin

Bessa, Résidence la Pinède