OPGI : vente aux enchères des locaux commerciaux

Alger : Plus de 5.000 locaux commerciaux et marchés communaux fermés depuis mars

Le Ministère du l’Habitat, de l’Urbanisation et de la Ville a ordonné aux directeurs des Offices de Promotion et de Gestion immobilière (OPGI) de recenser tous les locaux commerciaux non exploités et qui n’ont pas été vendus lors des ventes aux enchères, selon le site d’Ennahar.

Le nombre de locaux gérés par les services du ministère sur tout le territoire national dépasse les 10 000 locaux commerciaux, selon la même source, qui précise que le ministre, Abdelwahid Temmar, a donné des instructions pour faciliter la vente de ces espaces commerciaux à ceux qui sont intéressés, en particulier les jeunes chômeurs.

En effet, les jeunes souhaitant investir et créer des entreprises pourront acquérir de nouveaux locaux dans le cadre des procédures mises en place par le ministère de l’Habitat, notamment l’acquisition de ces locaux par la vente aux enchères.

A ce propos, ceux qui souhaitent acquérir un local commercial devraient payer entre 10 et 30% du prix et payer ensuite la valeur résiduelle en plusieurs fois directement à l’OPGI, sans emprunt bancaire ni intérêt, précise le même média. Le ministre de l’Habitat a également réservé un quota allant de 5% à 10% de ces locaux commerciaux aux personnes ayant des besoins spéciaux.

Le ministère de l’Habitat a déjà instruit en janvier dernier l’Agence nationale pour l’amélioration et le développement du logement (AADL) de recenser les locaux commerciaux inexploités, pour qu’ils soient mis en vente aux enchères publiques.

Pour rappel, en 2011, l’Agence AADl avait mis en vente aux enchères publiques 126 locaux commerciaux à travers la wilaya d’Alger, notamment ceux situés dans les communes de Bab Ezouar, Bir Mourad Rais, Aïn El Malha (Gué de Constantine) et Sebbala (El Achour).