La transition énergétique, conditionnée par la valorisation des programmes des énergies renouvelables

conférence nationale sur les énergies renouvelables

Les participants au séminaire national sur « environnement et société: les bases d’une sociologie de l’environnement », à l’université Abdelhamid Mehri, Constantine-2, ont insisté sur la valorisation des programmes des énergies renouvelables pour opérer la transition énergétique en Algérie.

MDI Alger

Dr. Lamia Bouaroudj, de l’université hôte, a affirmé mercredi que la transition énergétique en Algérie reposerait sur l’énergie solaire pouvant être produite au Sud du pays et par le recyclage des déchets urbains.

L’objectif de l’Algérie est d’assurer d’ici 2030 la production de 37% de la consommation nationale d’électricité à partir de l’énergie solaire et 3% à partir de celle éolienne et d’orienter à partir de 2021 vers l’énergie solaire thermique, a souligné l’universitaire durant cette rencontre organisée par le laboratoire de la sociologie économique et des mouvements sociaux avec le concours du département de sociologie de la même université.

Le recyclage des divers déchets peut produire 1,33 tonne d’équivalent pétrole par année, a ajouté Dr. Lamia en indiquant que l’Algérie compte huit zones ventées à fort potentiel éolien (2 sur le littoral, 3 sur les Hauts plateaux et 3 au Sahara).

Pr. Khadidja Bourezk de l’université Constantine-2 a analysé l’effet internet pour la diffusion des idées créatives en matière de protection de l’environnement et du recyclage et a relevé l’impact des réseaux sociaux pour la mondialisation des comportements et gestes environnementaux.

Bessa, Résidence la Pinède