Ould Kaddour plaide pour une «stratégie locale» pour stabiliser la consommation interne d’énergie

Ould Kaddour

Le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour a appelé, ce lundi 21 janvier 2019, à adopter une «stratégie locale» pour pouvoir stabiliser la consommation interne d’énergie qui augmente de façon exponentielle.

Interrogé sur les capacités prévisionnelles de production de gaz pour cette année, Ould Kaddour a fait savoir qu’il y a deux ou trois champs qui vont être mis en production, notamment, celui de Touat qui va permettre une production supplémentaire de 7 millions de M3/jours.


Lire aussi: Maîtrise de la consommation nationale d’énergie: Quelle stratégie adopter?


«Pour cette année, on va essayer de stabiliser au moins la production actuelle qui de 130 à 140 milliards de mètres cubes par an», a-t-il expliqué, en estimant que «ce qui est aussi important au niveau de l’Etat, c’est de pouvoir éduquer les consommateurs» pour ne pas gaspiller de l’énergie. «Parce que, ce qui nous fait le plus mal, ce n’est pas l’export, mais, c’est la consommation interne qui augmente de façon exponentielle», a-t-il déploré.

Dans ce sens, Ould Kaddour a plaidé pour une stratégie locale. «Il faut d’une façon ou d’une autre, une stratégie locale pour stabiliser la consommation interne. Et s’il est fait, les capacités d’export seront plus importantes», a-t-il indiqué lors d’un point de presse tenu à l’issue de la signature du contrat avec le groupe chinois CHEC (China Harbour Engineering Company) pour la réalisation de la nouvelle jetée GNL de Skikda.

«On ne peut pas continuer à consommer autant et aussi rapidement», a-t-il souligné en ajoutant que «c’est un véritable challenge que nous devons avoir».

Tout en faisant savoir que, les quantités de gaz exportées en 2018, tournaient autour des 50 milliards de M3, il a expliqué qu’«on souffre pour pouvoir maintenir le niveau de l’exportation. D’autant plus qu’on a des contrats, donc, on est obligé de les respecter. C’est compliqué. Si on ne fait pas quelque chose en interne, et qu’on n’arrive pas à stabiliser la consommation locale on va continuer à souffrir».

MDI Alger

«Il faut qu’on explique aux gens, qu’on ne laisse pas un climatiseur tourner 24h/24. Toutes nous installations électriques fonctionnent au gaz. Laisser une lumière allumée toute la journée, ce n’est pas du tout profitable pour le pays. Il y a beaucoup de gestes simples à faire», a ajouté Ould Kaddour.

Bessa, Résidence la Pinède