Bundestag : l’Algérie est un pays «sûr»

Bundestag

Les pays de l’Afrique du Nord, à savoir la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, sont classé hier par le Bundestag (parlement allemand), comme étant des Etats sûrs.

Suite à cette classification, les autorités allemandes n’auront pas de souci législatifs afin d’expulser les migrants illégaux originaires de ces pays sur leurs sols.

Helge Lindh, du SPD, a déclaré que cette initiative était nécessaire pour supprimer le faux espoir que les citoyens des pays énumérés pourraient avoir de demander l’asile ou le statut de réfugié en Allemagne. Par ailleurs, la coalition au pouvoir CDU / CSU et SPD a soutenu cette mesure, mais des représentants des Verts et de la gauche se sont prononcés contre.  Les pays reçoivent une désignation de «pays d’origine sûr» où il n’y a aucun soupçon de persécution politique, de traitement inhumain ou dégradant.

En vertu de la Convention de 1951 sur les réfugiés, les personnes ont le droit de demander la protection d’un pays sur la base d’une crainte  de persécution fondée sur leurs caractéristiques personnelles dans leur pays d’origine.

Toutefois, la liste des pays d’origine sûrs établie par le gouvernement allemand est incomplète. Jusqu’à présent, seuls les autres États membres de l’UE, à savoir la Macédoine, le Monténégro, l’Albanie, le Kosovo, la Serbie, le Sénégal et la Bosnie-Herzégovine figurent sur la liste.

Ce projet de loi comprenait des dispositions permettant aux personnes d’origine de Tunisie, de Géorgie, d’Algérie et du Maroc de demander l’asile en cas de torture, de traite des êtres humains ou de discrimination sur la base de l’orientation sexuelle. Les mineurs non accompagnés peuvent également faire une réclamation.

Selon les statistiques de la police allemande, les migrants originaires du Maroc, de Tunisie et d’Algérie seraient plus susceptibles de commettre des crimes et des actes de délinquance que les migrants de régions déchirées par la guerre telles que l’Irak et la Syrie.

Plusieurs autres pays ont été pris en compte dans les délibérations, notamment l’Inde, le Vietnam, l’Ukraine et onze autres. Cependant, aucun consensus n’a été atteint.

MDI School