Zemali : « l’économie algérienne a besoin, de plus d’un million d’entreprises »

économie algérienne
Mourad Zemali, Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, a affirmé, jeudi, à Mila, que l’économie algérienne a besoin, selon des spécialistes, à « plus d’un million d’entreprises pour devenir une économie en mesure de concurrencer d’autres économies ».

En marge d’une visite de travail et d’inspection dans cette wilaya, le ministre a appelé les jeunes à créer davantage de micro-entreprises, dont le nombre actuel a atteint, selon lui, un demi-million, et ce, depuis la mise en place des dispositifs de soutien à l’emploi mis en branle par l’Etat, notamment l’agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) et la caisse nationale d’assurance chomage (CNAC).

Zemali a exprimé, dans ce contexte, son optimisme quant à l’avenir des jeunes et de leurs entreprises, indiquant que « si l’on compte 4 travailleurs par entreprise, cela signifie une création de 2 millions d’emplois ».

« La solution au problème de l’emploi réside dans la création d’entreprises par des jeunes formés et détenteurs de diplômes », ce qui permettra de réduire, estime le ministre, le taux de chômage et contribuer à la création de richesses et d’emplois, étant donné que les micro-entreprises créées  représentent une solution face à la saturation enregistrée dans la fonction publique vu que les postes d’emploi dans ce secteur ne sont disponibles qu’après les départs à la retraite.

Concernant l’intégration des employés détenteurs de contrats de pré-emploi, M. Zemali a rappelé les mesures prises depuis décembre dernier, accordant la priorité à cette catégorie pour bénéficier d’emplois classiques, ajoutant que « plus de 400 000 jeunes ont été placés en 2018 ».

Il a également fait savoir qu’environ 360 000 employés, « peuvent bénéficier de postes classiques au bout d’une année ou deux », dans le cadre du système d’insertion professionnel à travers les administrations.

Parmi les mesures prises, le ministre a également fait état de l’orientation des jeunes dans le cadre de ce dispositif pour créer leurs micro-entreprises, au lieu d’attendre des postes de travail, soulignant le dynamisme qu’a connu Mila dans le secteur de l’emploi au cours des cinq dernières années grace aux investissements publics et privés, en enregistrant un taux de chomage de l’ordre de 6,3%, soit moins de 5% environ de la moyenne nationale qui est de 11,1%.

M. Zemali a relevé par ailleurs, la cohésion existant entre les micro-entreprises de la wilaya de Mila en matière de commercialisation de la production, louant le caractère agricole de cette wilaya et l’élément humain activant dans ce domaine.

Lors de sa visite au siège de l’agence locale de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés au chef-lieu, M. Zemali a mis l’accent sur « la nécessité de simplifier les procédures et de bien accueillir les citoyens, en particulier les personnes agées, celles atteintes de maladies chroniques et les catégories défavorisées ».

Faisant état de la nécessité de procéder au recouvrement et à la sensibilisation continue pour assurer l’équilibre financier de la caisse et la pérennité de ses services dans l’intérêt des assurés et de leurs ayants droits, le ministre a affirmé, en outre, que les médecins et les pharmaciens sont des partenaires de son secteur, d’ou l’importance de coordonner leurs efforts dans l’intérêt du citoyen afin de préserver la continuité des dispositifs de sécurité sociale.

Dans ce contexte, il a préconisé de procéder à un contrôle médical strict et la prescription des médicaments indispensables seulement pour les patients.

MDI Alger

Au terme de sa visite dans la wilaya de Mila, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a inauguré dans la commune de Chelghoum Laid une annexe de l’agence locale de soutien à l’emploi de jeunes, qui vient s’ajouter à la liste des structures de proximité relevant de son secteur au niveau de cette wilaya, et ce, dans la perspective de rapprocher l’administration du citoyen.

Bessa, Résidence la Pinède