Ould Kaddour : «ceux qui racontent que nos gisements sont morts, sont loin de la vérité»,

produire du pétrole et du gaz

Le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour a répondu, ce jeudi 17 janvier 2019, aux informations parlant de la diminution des réserves d’hydrocarbures de l’Algérie, donc, un épuisement proche, en les qualifiant de «spéculations».

«Est-ce qu’il y a un système de mesure dans ce pays. Est-ce qu’on sait combien on produit, et est-ce qu’on connait exactement nos réserves et combien on consomme ? Personne ne peut répondre à ça. Tout ce qui se dit ce ne sont que des spéculations», a-t-il répondu à une question d’une journaliste .

«Notre pays est immense. Notre pays est exploré 30% seulement de ses ressources. Je peux vous garantir qu’il y a d’excellentes nouvelles à venir», a-t-il estimé, lors d’un point de presse tenu en marge de la signature des statuts de la joint-venture «STEP», créée entre Sonatrach et le groupe français Total, pour la réalisation d’un complexe de production de polypropylène à Arzew dans la wilaya d’Oran.

«C’est vrai qu’il y a de nouvelles technologies et de nouvelles formes d’exploitation, et c’est cela que nous devons développer», a ajouté Ould Kaddour.

Selon lui «il y a le digital qui s’installe, et c’est un outil supplémentaire qui va nous permettre de mesurer les efforts que nous faisons, et savoir combien coûte la production d’un baril. On ne le sait pas. Il y a tout un travail qui est en train de se faire, et nous sommes en train de faire énormément d’efforts. Donc, ceux qui racontent que nos gisements sont morts, sont loin de la vérité», a-t-il expliqué.

Sonatrach en discussions avec la multinationale américaine Chevron

Par ailleurs, Ould Kaddour a affirmé que, les grandes entreprises au monde, telles que, Exxon Mobil, British Petroleum, ENI, Total, sont intéressées de participer à l’exploitation du gaz de schiste algérien.

Selon lui, cela est justifié par d’importantes réserves dont dispose l’Algérie qui sont les troisièmes mondialement, d’après des statistiques d’institutions internationales, auxquelles s’est référé le PDG de Sonatrach.

Il a fait savoir que, même la multinationale américaine Chevron a consulté Sonatrach pour pouvoir venir investir en Algérie et que, les discussions avancent bien.

«Il n’y a aucun doutes à ce que notre pays est attractif» a affirmé Ould Kaddour, qui a estimé que, ces grandes entreprises sont intéressées parce qu’elles savent qu’il y a un grand potentiel à développer en Algérie.

«Nous sommes en train de travailler sur les formes nécessaires de partenariats, et on avance, mais, avec beaucoup de précaution prudemment pour pouvoir faire des partenariats», a-t-il expliqué.

3000 personnes engagées pour la réorganisation des ressources humaines de la Sonatrach

Selon Ould Kaddour, 3000 employés de Sonatrach sont en train de travailler sur le chantier de la réorganisation de la ressource humaine au sein de l’entreprise.

«Si on ne transforme pas notre système RH au sens propre du terme, évidemment qu’on va continuer à perdre du personnel», a-t-il reconnu.

MDI Alger

Il a affirmé que, définitivement, cette année, «on ressortira avec des solutions novatrices pour protéger notre personnel et le motiver pour pouvoir le garder. Le centre de réussite de notre système, c’est vraiment le personnel».

Bessa, Résidence la Pinède