L’Arabie saoudite dit posséder des réserves de pétrole plus importantes

réserves de pétrole

Géant de l’OPEP, l’Arabie saoudite a annoncé mercredi que ses réserves de pétrole, les deuxièmes les plus vastes au monde après celles du Venezuela, étaient plus importantes que ce qu’indiquaient de précédentes estimations.

Selon le ministère saoudien de l’Energie, les réserves prouvées de pétrole s’élevaient fin 2018 à 263,2 milliards de barils, en légère hausse par rapport aux 261 milliards de barils comptabilisés pendant trois décennies.

Premier exportateur mondial de pétrole, le royaume possède également des réserves de brut de 2,9 milliards de barils dans la zone neutre à sa frontière avec le Koweït, ce qui porte le total des réserves à 266,1 milliards de barils, a ajouté le ministère. Les réserves de gaz naturel sont également passées de 8.560 milliards de m3 à 9.200 milliards de m3, a indiqué le ministère. Selon les autorités, ces nouvelles estimations ont été certifiées par un cabinet de consultants indépendant, DeGolyer and MacNaughton (D&M).

Chef de file de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l’Arabie saoudite est le troisième producteur mondial de pétrole après les États-Unis et la Russie, avec 10,6 millions de barils par jour (mbj).

Le ministre de l’Energie Khaled al-Faleh a par ailleurs affirmé que le coût d’extraction de pétrole en Arabie restait parmi le moins cher au monde à seulement quatre dollars (3,5 euros) le baril.

Notons qu’hier mercredi, Les prix du pétrole ont connu leur meilleure séance depuis deux semaines et leur huitième séance de hausse de suite, au moment où l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial, a confirmé qu’il comptait baisser ses exportations de brut.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a terminé à 61,44 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 4,6%, par rapport à la clôture de mardi

GMI BS

Afp

Bessa, Résidence la Pinède