Nette baisse des exportations saoudiennes fin 2018 : le pétrole remonte

réserves de pétrole

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mercredi, profitant de données montrant une nette baisse des exportations saoudiennes fin 2018, signe que le royaume pétrolier est décidé à faire des efforts pour réduire l’offre d’or noir sur le marché mondial.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a terminé en hausse de 1,11 dollar ou 2,06% sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, à 54,91 dollars. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de février a gagné 1,13 dollar ou 2,5% pour finir à 46,54 dollars.

Les cours du brut s’affichaient pourtant en baisse en cours d’échanges européens, minés entre autres par les données décevantes en provenance de Chine: l’activité manufacturière s’est en effet légèrement dégradée dans le pays fin 2018 notamment du fait d’une baisse des nouvelles commandes, selon l’indice indépendant Caixin. « Même si c’est léger, c’est la première fois que la santé du secteur empire depuis mai 2017 », souligne Caixin.

Outre ces données chinoises, « la production industrielle était en retrait en Asie le mois dernier », a ajouté Neil Wilson, analyste chez Markets.com, en donnant pour exemples la Corée du Sud, Taiwan et la Malaisie. Or un essoufflement de l’activité tend à ralentir la demande de pétrole. Mais « les craintes d’un ralentissement de la demande sont contrebalancées par l’engagement pris par les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie à faire baisser leur production », a rappelé M. Kilduff. Ces pays se sont engagés début décembre à réduire collectivement leur production de 1,2 million de barils par jour à partir du 1er janvier pour résorber l’excédent d’or noir sur le marché et ainsi soutenir les prix

Des données de suivi automatique des pétroliers compilées par l’agence Bloomberg ont montré mercredi que l’Arabie saoudite avait déjà pris les devants et réduit en décembre ses exportations d’environ 500.000 barils par jour, avec notamment des volumes moins élevés en direction des Etats-Unis et de la Chine. « Il semble bien que l’Arabie saoudite (chef de file du cartel, NLDR) soit prête à respecter scrupuleusement ses engagements », a relevé M. Kilduff. « C’est entre autres pour cela que les stocks américains ont reculé ces dernières semaines », a-t-il souligné. Les données hebdomadaires sur les stocks américains n’ont pour leur part pas été publiées mercredi, comme d’habitude, mais le seront vendredi, en raison des fêtes de fin d’année.

MDI Alger

Afp

Bessa, Résidence la Pinède