Homela deuxDouanes : La modernisation du système de gestion se fera en partenariat...

Douanes : La modernisation du système de gestion se fera en partenariat avec les sud-coréens

La modernisation du système d’organisation des Douanes algériennes, en cours depuis le mois de mars dernier, se fera en partenariat avec les Douanes sud-coréennes, a fait savoir ce mardi 18 décembre 2018, le directeur chargé d’études de cet organisme, Hakim Bardjoudj.

En effet, l’actuel système de gestion des Douanes qui date de 1995, ne répond plus aux besoins du commerce international. M. Bardjoudj a annoncé, à ce propos, «l’établissement d’un partenariat avec les Douanes Coréennes visant à adapter leur système de gestion à celui des Douanes Algériennes».

Ce partenariat rappelons-le, est inscrit dans le cadre des cinq mémorandums d’entente signés hier (lundi), entre l’Algérie et la Corée de Sud, à l’occasion de la visite du Premier Ministre de ce pays en Algérie.

Parlant des avantages et des fonctionnalités de ce futur système, M. Bardjoudj expliqué que, ce système facilitera les échanges commerciaux, permettra la «dématérialisation» des procédures et la diminution du «pouvoir discrétionnaire» des agents des douanes, en limitant leur contact avec les opérateurs et leurs auxiliaires.

Il devrait permettre aussi, selon lui, «une meilleur traçabilité» des flux marchandises transitant par les ports et aéroports nationaux ainsi qu’une facilité des procédures de leur dédouanement.

Évoquant le phénomène du crime de surfacturation, M. Bardjoudj a signalé que «durant la seule année de 2018, il a été constaté des flux financiers illicite de l’ordre de 6,5 milliards de dinars», donnant lieu à «un rapport en attente d’être transféré aux pouvoirs publics».

Pour endiguer ces phénomènes de transferts financiers illicites vers l’étranger, de blanchiment d’argent,  de contrebande de produits divers, dont les narcotiques, M. Bardjoudj a fait état de « l’activation d’une stratégie», en mettant notamment à profit «la coopération avec des services douaniers de pays tiers».

M. Bardjoudj a en outre souligné à propos de la corruption au niveau des douanes, qu’il a tenu à relativiser, qu’«elle n’est observée qu’au niveau de certains postes jugés sensibles», une situation à laquelle, selon lui, «il pourrait être mis un terme en coupant le contact humain entre les agents des douanes et les utilisateurs, en remettant en cause le pouvoir discrétionnaire de ces dernier et en instituant en leur faveur une prime financière».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine