A quelques jours de sa visite à Alger : Le Prince MBS enflamme les médias et réseaux sociaux

Arabie saoudite: trois princes arrêtés pour

Attendu début décembre 2018 à Alger, dans le cadre d’une tournée à l’étranger sur instruction de son père le Roi Salmane, la visite du prince héritier du trône Saoudien Mohamed Ben Salmane (MBS) fait déjà polémique en Algérie.

La tournée de MBS s’inscrit dans le cadre du renforcement «des relations du royaume aux niveaux régional et international » et de poursuivre « la coopération et les contacts avec les pays frères dans l’ensemble des domaines », selon un communiqué du cabinet royal.

A rappeler que, MBS a entamé sa visite jeudi dernier en atterrissant à Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis» comme première étape, et dans la journée de mardi, il a effectué un saut dans la capitale Tunisienne «Tunis», où il a été accueilli par le Président tunisien Béji Caïd Essebsi, mais, la scène publique s’est enflammée, en s’indignant de cette visite.

La visite de MBS à Alger a été confirmée mardi par le Ministre de l’énergie Mustapha Guitouni qui a assuré que cette visite n’a aucun lien avec le marché pétrolier. «Il s’agit d’une visite d’amitié du Prince héritier Mohamed Ben Salmane au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, une visite qui n’a aucun lien avec les nouvelles donnes des marchés internationaux du pétrole», a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse tenue à l’APN.

Après cette annonce de la visite de MBS, l’Algérie a condamné le meurtre du journaliste Khashoggi, avec près de deux mois de retard. Le journaliste saoudien assassiné dans l’enceinte du consulat du Royaume en Turquie, a été perpétré début octobre dernier.

Mais, la visite du prince saoudien, prévue pour le 6 décembre dans un contexte international explosif, fait réagir médias et réseaux sociaux algériens depuis plusieurs jours. En effet, depuis son annonce, des voix s’élèvent en pour demander l’annulation de la réception du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane en Algérie.

Sur les réseaux sociaux, les Algériens expriment leur refus de voir ce prince héritier éclaboussé par l’affaire de l’assassinat du journaliste Jamel Khashoggi dans le siège du consulat saoudien en Turquie. Mais pas que, puisque le royaume saoudien conservateur, est très critiqué pour  ses violations des droits de l’homme et des libertés.

Publiée par ALI DILEM 2011 sur Samedi 24 novembre 2018

Une pétition signée par plus de 2000 personnes a même fait son apparition sur le net où on y lit : «Non à la visite de MBS, le prince Mohamed Ben Salmane, au pays des 1,5 million de martyrs », et «À cause des nombreuses victimes qui, comme nos frères du Yémen, doivent ressentir notre solidarité d’Algériens dignes de songer à leur vulnérabilité, les autorités algériennes sont interpellées pour ne pas convenir à des crimes non encore élucidés», y lit-on encore.

Le président du parti Mouvement pour la société et la paix (MSP) Abderrezak Makri a déclaré à la presse : «En vérité, accueillir le prince héritier durant cette période n’est favorable ni à l’image de l’Algérie, ni à sa réputation».

Les médias nationaux sont nombreux  à s’interroger sur le but réel de la visite du prince héritier. Dans ce sens, le site Algérie Patriotique a écrit : «Mohammed ben Salmane cherche à se refaire une virginité auprès des «frères arabes», en donnant sa version des tenants et des aboutissants de cette affaire [l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi] qui a confirmé la nature brutale et sauvage du régime saoudien».

Par ailleurs, dans le cadre de cette tournée, le Prince saoudien a boycotté le Maroc.

Tunis : rassemblement des jeunes de gauche contre la visite du roi de l'Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salmen, dans leur pays."Ya Beji, Ya Semsar, pas besoin du pétrodollars".

Publiée par Meziane Abane sur Lundi 26 novembre 2018

MDI School