Restrictions des visas pour les algériens : Les explications du Consul général de France en Algérie

Renouvellement du visa court séjour : la note de VFS Global

Le Consul général de France en Algérie M. Marc Sédille s’est exprimé, ce lundi 19 novembre 2018, sur la question d’actualité des restrictions des visas pour les citoyens algériens désireux de se rendre en France.

«La délivrance des visas n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Le pic en termes de délivrance, c’était en 2017, avec un peu plus de 410.000 visas. Qu’est-ce que les Algériens constatent aujourd’hui ? Ils voient effectivement que c’est plus difficile d’obtenir un visa. C’est une réalité que personne ne nie», a rappelé de prime abord le diplomate français, dans une interview accordée au journal TSA.

M. Sédille a lié les restrictions de délivrance des visas pour les ressortissants algériens, à la crise migratoire 2015 ayant complètement bouleversé l’espace Schengen ce qui a obligé l’Union Européenne à accentuer le contrôle au niveau de ses frontières extérieures. «Le visa Schengen est l’un des instruments de contrôle des frontières extérieures, encadré par un texte réglementaire : le code Schengen. Le visa permet le franchissement d’une frontière extérieure. A partir du moment où on décide de renforcer le contrôle aux frontières extérieures, on va effectivement avoir un contrôle accru sur la délivrance des visas. C’est ce qui se passe actuellement», a-t-il expliqué.

Le diplomate français a ajouté que «pour la France, la matérialisation de ce contrôle accru sur la délivrance des visas, c’est France-Visas. Qui est une plateforme gouvernementale qui permet de saisir sa demande de visa et qui fournit la liste des justificatifs requis conformément au code Schengen pour ce qui est des visas de court séjour. Ce dispositif a été déployé par la France partout dans le monde et pas seulement en Algérie.

Il a précisé qu’«en Algérie, les partenaires Schengen ont établi une liste commune de justificatifs à produire. Tout ce qui a pu être mis en place précédemment, tous les dispositifs qui prévoyaient des assouplissements ont été balayés par ce renforcement du contrôle aux frontières extérieures, par ce renforcement du contrôle sur la délivrance des visas et par cette harmonisation de la politique des pays Schengen. C’est vrai qu’il existait en Algérie des situations dérogatoires où certaines catégories de demandeurs présentaient des dossiers dits « allégés », ce n’est plus possible aujourd’hui, tous les justificatifs doivent être fournis, quelle que soit la qualité du demandeur».

Toutefois, a encore expliqué le Consul, «cela ne vise pas exclusivement les Algériens. C’est une mesure globale déployée partout.  La seule particularité, et c’est une particularité importante, c’est qu’entre la France et l’Algérie, il y a ce mouvement de va-et-vient continu qui a toujours existé. Evidemment cette période de contrôle accru aux frontières et de contrôle accru en matière de délivrance des visas crée une situation difficile. Je comprends tout à fait que certains Algériens soient préoccupés. Il va falloir s’adapter à cette nouvelle situation. Mais il n’y a pas de volonté de restreindre la délivrance des visas. Il s’agit bien d’effectuer des contrôles approfondis».

Rappelons que récemment, le président français Emmanuel Macron a indiqué qu’il avait donné des instructions aux représentations diplomatiques françaises en Algérie, pour plus de souplesse dans le traitement des dossiers de visas des investisseurs, intellectuels, écrivains, médecins, journalistes, politiques.