Air Algérie: Pas d’augmentation des salaires

Vols entre l'Algérie et France : Air Algérie met à jour son programme

La situation financière actuelle de la compagnie Air Algérie ne permet pas d’augmenter les salaires de ses employés. C’est ce qu’a déclaré ce lundi, M. Mohamed Charef, conseiller du directeur général d’Air Algérie, sur Ennahar TV. Cette déclaration coïncide avec la poursuite de la grève des techniciens de maintenance d’Air Algérie.

A ce propos, il a rappelé que la grève des techniciens de maintenance est la quatrième et nous avons résolu certaines des revendications, ajoutant  que  » des propositions de sortie de crise ont été faites aux syndicats qui les ont approuvé sauf celui des techniciens de maintenance qui les a refusé ».

M. Charef a indiqué qu’ « on a promis aux travailleurs dont les salaires sont bas, une augmentation des salaires lorsque la situation de la société le permettra », soulignant que la majorité des salaires des travailleurs sont acceptables compte tenu de la situation financière du pays.

Concernant le volet services, M. Charef a reconnu qu’il y a beaucoup de lacunes dans les services, mais la compagnie aérienne fait des efforts pour améliorer la situation, précisant que les prix des billets d’avion ne seront pas revus et que les billets ne sont pas chers par rapport aux pays voisins.

Par ailleurs, sur la rénovation de la flotte d’Air Algérie, M. Charef annonce qu’une enveloppe de 2 millions de dollars a été consacrée à ce programme, pour remplacer des avions qui datent de plus de 20 ans. Il ajoute qu’Air Algérie compte acheter une trentaine d’avions pour rénover sa flotte.

Pour rappel, Air Algérie a connu plusieurs mouvements de grève ces derniers mois, engagés notamment par le personnel navigant, des travailleurs de la maintenance et des pilotes, ce qui a écorché la réputation de la compagnie. Selon plusieurs médias, Air Algérie aurait fait décoller ses avions sans contrôle technique, en raison de la grève des techniciens de maintenance. A ce propos, M. Charef, a affirmé jeudi dernier que tous les avions étaient soumis au contrôle technique avant leur décollage en dépit de la grève des techniciens de maintenance.