Grève des techniciens de la maintenance : Air Algérie fait-elle décoller ses avions sans contrôle technique ?

Air Algérie : Trois vols de rapatriement dépêchés jeudi vers Paris et Casablanca

Le bras de faire entre les techniciens de maintenance des avions représentés par le SNTMA et la direction générale de la compagnie aérienne Air Algérie continue et ce depuis le début de la semaine encours. La question qui se pose est comment Air Algérie fait décoller ses avions si le personnel de la maintenance a débrayé ? Air Algérie fait-elle décoller ses avions sans contrôle ou fait-elle appel à un tierce service ?

En effet, le leader du syndicat de la maintenance des avions d’Air Algérie (SNTMA), M. Ahmed Boutoumi s’est dit, dans une déclaration en direct de l’aéroport d’Alger, à la chaîne Ennahar «ne pas savoir comment les avions d’Air Algérie décollent-t-ils ?», alors que le personnel de la maintenance est en grève depuis 4 jours.

«La majorité absolue des mécaniciens sont en grève depuis 4 jours. Et depuis les sanctions décidées par la direction contre 12 mécaniciens, il y a eu une solidarité telle, que de plus en plus de mécaniciens prennent position pour cette grève et s’y rallient», a-t-il déclaré.

Le porte-parole des travailleurs de la maintenance a dégagé toute responsabilité de ces derniers sur ce qui pourrait se passer, s’il s’avère que les avions de la compagnie aérienne ne sont pas contrôlés avant leur décollage. Selon lui «« Il y a des structures responsables et habilité en Algérie. Elles seules peuvent se prononcer sur cette situation. C’est à ces dernières de vérifier comment la chose peut se faire». Il a cité à ce propos l’Aviation Civile comme structure habilitée.

Les travailleurs de la maintenance compte continuer leur grève jusqu’à ce que leur revendication soient prises en charge, et appellent à un dialogue avec la direction générale. «Nous sommes ici jour et nuit jusqu’à ce que la porte du dialogue soit ouverte, pour trouver une solution à cette situation qui ne profite ni à la direction ni aux  travailleurs», a affirmé M. Boutoumi.

Dimanche, les techniciens d’Air Algérie ont observé un arrêt de travail, avant de le suspendre, pour reprendre leur mouvement de protestation dans la nuit de dimanche à lundi.

Ensuite, dans la journée de mardi, la Direction générale de la compagne a décidé de suspendre 12 travailleurs de la maintenance. Le PDG d’Air Algérie Bakhouche Allèche avait appelé au courant de la même journée les grévistes à la responsabilité. «Nous en appelons au sens de responsabilité qui doit animer chacun des employés de la maintenance aéronautique pour la poursuite des activités au bénéfice de l’entreprise et de sa clientèle », a-t-il écrit dans une lettre adressée au personnel de la maintenance publiée dans la presse.

Le Syndicat national des travailleurs de la maintenance des avions d’Air Algérie réclame notamment «la révision de la grille des salaires et des primes conformément aux dispositions de la convention collective», « l’accélération de l’intégration des travailleurs sous contrats à durée déterminée » et « l’arrêt des mises à pied abusives et les ponctions sur salaires sans motifs valables».

Le PDG d’Air Algérie avait déclaré dans un entretien téléphonique à l’APS que «la situation financière de la compagnie ne permet pas de procéder à une révision de la grille des salaires». Une perspective qui, selon lui,  n’aura lieu qu’une fois la santé de l’entreprise rétablie.

Pour rappel, un montant de 2 milliards de Dollars a été débloqué pour le renouvellement de la moitié de la flotte (30 avions) d’Air Algérie sur les 3 prochaines années.

MDI School