Débat de la PLF 2019 : Clash entre les députés du RCD et ceux de la majorité

Sur fond de contestation de certains députés, sur le texte de la loi de finances 2019, le second et dernier jour des débats, a été un peu virulent suite au clash qu’il y’a eu entre les députés de l’opposition et ceux de la majorité en plein hémicycle.

Les conséquences de la crise qui a secoué récemment l’APN, restent encore d’actualité, puisque ce matin lors de leurs intervention les députés du rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), ont enchaîné une série d’attaque à l’encontre du président de l’Assemblée fraîchement élus après la crise qui a touché l’APN et la destitution de l’ancien président Said Bouhadja.

Le premier intervenant de ce parti,  Yacine Aissouane, a indiqué que ce qui s’est passé à l’APN (crise avec l’ex président) « fait perdre la légitimité à cette institution » et il a accusé la majorité de « piétiner la constitution ». Selon ces dires, « la fermeture des portes de l’Assemblée avec une chaîne est un acte très grave de la part des députés » tout en s’étonnant comment certaines autres députés ne réagissent pas aux protestations des citoyens qui ferment aussi des routes et des APC pour protester contre leurs conditions de vie.

#شاهد مناوشات بين #نواب_البرلمان_الموالاة و#المعارضة خلال #مناقشة #قانون_المالية_2019

#شاهد مناوشات بين #نواب_الموالاة و #المعارضة خلال #مناقشة #قانون_المالية_2019

Publiée par El Adjwaa TV -Page Officiel- sur Lundi 12 novembre 2018

Mohamed Hamdous, du même partis se dit « avoir honte de faire partie de cette assemblée » en soulignant que suite à ce qui s’est passé, « fait perdre toute la légitimité à l’institution».

Des propos qui ont fait réagir les représentants de la majorité, qui ont interrompu les interventions des députés du RCD en frappant sur les tables, ce qui a induit Hamdous à les traité de « flagorneurs », ( Chiyatine).

De sa part, le jeune Président de l’APN, Bouchareb Mouad, n’a pas voulu interrompre l’intervention des représentants de l’opposition, en appelant au calme, toutefois, il a indiqué que tout ce qui a été dit en dehors du texte de loi de finance, sera retiré du procès-verbal de la séance.

Pour précision, l’autre parti d’opposition, le FFS a gelé depuis l’élection de l’actuel président de l’APN ses activités au niveau de l’assemblée, et ne prend pas part aux débat ni aux travaux des commissions dans cette institution.

MDI School