HomeActualitéPLF 2019 : certains députés signalent l’inadéquation du texte avec la situation économique

PLF 2019 : certains députés signalent l’inadéquation du texte avec la situation économique

Les premières interventions des députés ce matin portant sur le projet de loi de finance pour l’année 2019 ont porté sur le contenu peu concordant avec la situation financière actuelle et qui n’offre pas des solutions durables.

Le député du FLN, Hakim Berai, a signalé lors de son intervention, la dispersion des budgets affectés entre les différentes wilayas, citant le cas de la wilaya de Batna qui n’a pas eu les mêmes avantages que les autres, à l’instar de la levée du gel sur plusieurs projets qui n’a pas eu lieu selon ses dires.

Toujours du parti du FLN, Abdelkader Abdelaoui, a indiqué que le climat des affaire doit connaitre des améliorations afin de permettre plus de fluidité dans l’investissement et lever les mesures bureaucratiques a qui fait face les investisseurs.

Pour sa part, les députés du RND, Mohamed El Aid Beibi, a signalé la nécessité de revoir la politique économique actuel avec des solutions plus adéquates. A ce titre, il a signalé le cas de l’industrie qui se base beaucoup ces derniers temps sur « l’installation de plusieurs projets d’industrie automobile».

Le même intervenant a appelé a plus de contrôle sur ce genre d’activités, qui selon lui font état de sur facturation et fuite de capitaux, le député du RND, a averti aussi sur le taux t’intégration qui reste très bas après plusieurs années de montage. Il a aussi signalé la saturation du marché de ciment dans lequel l’Algérie continue d’investir sans perspectives sur le marché mondial.

El Aid Beibi est aussi revenu sur l’ouverture de la liste des produits autorisés à l’importation en indiquant que cette ouverture va concurrencer encore les producteurs locaux qui seront dans l’obligation de faire face à des produits importés.

Nadia Chouitem du parti des travailleurs, a fait quant a elle un constat très critique vis-à-vis de la politique actuelle en économie. Selon elle, le gouvernement ne propose pas des solutions, mais instaure des problèmes supplémentaires avec la poursuite de l’austérité qui augmente la pauvreté dans la société. Pour Mme Chouitem, les conséquences de cette politique affectent directement la situation de santé, et d’éducation des citoyens, toute en appelant à la levée du gel sur les projets. Dans cette situation elle a appelé a assumer les conséquences qui poussent à plus de violence dans la société. Selon la représentante du PT, « cette politique est une menace même à l’existence de l’Etat » a-t-elle averti.

Pour rappel, les débat sur le PLF  2019, continueront jusqu’à demain soir avec prés de 200 intervenants, et prendront fin avec la réponse du ministre des finances Abderrahmane Rouaya.

Ce dernier a procédé ce matin à la présentation du projet devant les députés, en avançant les grandes lignes à savoir une croissance de 2,9% pour l’exercice 2019. La PLF qui sera soumis au vote le jeudi prochain, prévoit un prix de change du dinar algérien, il devrait se situer autour de 118 dinars/dollar, prix moyen annuel pour la période 2019-2021 avec une inflation de 4,5% en 2019 , 3,9% en 2020 et 3,5% en 2021.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine