LafargeHolcim Algérie : un investissement de 700 millions DA dans une station de traitement de déchets pétroliers

priorité du groupe LafargeHolcim en Algérie

On vient d’investir dans une station de traitement et de valorisation des déchets pétroliers qui va être réceptionnée en décembre 2018, à Oggaz dans la wilaya de Mascara, d’une capacité de 50000 tonnes de déchets pétroliers. L’investissement s’’élève à 700 millions de dinars,  a déclaré ce mardi M. Serge Dubois, chargé des relations publiques et communication de Lafarge Holcim Algérie, lors d’une conférence de presse.

Il a précisé que « tous les déchets pétroliers de Sonatrach et des autres sociétés seront incinérés dans la cimenterie et on a des discussions avec Sonatrach, mais pour l’instant on n’a pas de contrats ».

M. Dubois a souligné que « c’est plus que de l’incinération. On fait de la valorisation, ce qui permet d’économiser de la matière première, en l’occurrence le gaz naturel, potentiellement exportable. C’est la solution la plus durable et plus écologique ».

« C’est notre responsabilité de démontrer aux pouvoirs publics le bien fondé de la solution et on a reçu un très fort encouragement de la part du ministère de l’Industrie et de celui de l’Environnement pour aller dans ce sens », a-t-il précisé.

Le choix s’est porté sur la wilaya de Mascara, en raison des « opportunités de traitement des déchets pétroliers et compte tenu du basin chimique de l’Ouest du pays, où il y a des besoins importants en pétrochimie », a-t-il expliqué. Et d’ajouter « nous avons un soutien des autorités locales, mais on espère bien investir à M’sila et à Biskra, pour que l’ensemble du territoire national soit couvert avec des stations de traitement des déchets. On a commencé à Oggaz et on va poursuivre en fonction de la qualité des affaires et pour cela, l’entreprise a besoin de clients qui ont cette conscience écologique ».

MDI Alger

Évoquant les exportations de ciment, M. Dubois a rappelé que le réservoir d’opportunité pour l’Algérie se trouve l’Afrique de l’Ouest, où sont actuellement basés les clients qui apprécient le produit algérien. Il a indiqué que son entreprise est bien organisée avec sa filiale LafargeHolcim Trading pour placer les volumes sur ce marché, précisant « c’est à nous en tant que société algérienne d’être compétitive. Nous sommes en surcapacité de ciment et nous avons une demande de 22 millions de tonnes, alors qu il y a 35 millions de tonnes de capacité installée, ce qui nous oblige, en tant qu’opérateur économique, à assurer des débouchés commerciaux ».

Bessa, Résidence la Pinède