Homela deuxCroissance économique en Algérie : Le FMI revoit à la baisse ses...

Croissance économique en Algérie : Le FMI revoit à la baisse ses prévisions pour 2018

Le Fond monétaire international (FMI) a revu à la baisse les prévisions de la croissance économique en Algérie, en tablant sur 2.5%, alors qu’il prévoyait en avril dernier sur 3% de croissance.

En effet, dans son dernier rapport semestriel  sur les perspectives économiques mondiales, publié ce mardi 9 octobre 2018, l’institution de Bretton Woods a réajusté légèrement ses prévisions pour 2018, et en tablant également sur une croissance de 2.7% en 2019. A noter qu’en 2017, la croissance de l’économie algérienne selon la même institution, s’était établi à 1,4%.

En outre, dans le même rapport, le FMI a abaissé ses prévisions pour l’inflation à 6,5% en 2018 contre une projection précédente de 7,4%. En ajoutant qu’en 2019, la prévision pour l’inflation devrait se situer autour de 6,7%, en baisse également par rapport au 7,6% projeté en avril.

S’agissant du déficit du compte courant, celui-ci  représentera cette année, selon les prévisions du FMI, -9% du PIB contre au -9,3% prévu en avril et devrait se réduire davantage en 2019 à -7,9% du PIB. En 2017, le déficit du compte courant s’est établi à -13,2% du PIB, peut-on lire dans le même document.

Pour ce qui est du taux de chômage, ce dernier, devrait rester stable en 2018 à 11,6% contre 11,7% en 2017, a précisé le FMI qui a souligné qu’il devrait progresser légèrement à 12,3% en 2019.

ceci étant, en plus des prévisions du FMI et de la Banque Mondiale, la loi de finances 2019, prévoit également, un recul croissance économique de 2,6% en 2019, en baisse par rapport aux 4% prévus pour cette année. Et ce pour un prix référentiel du baril de pétrole à 50 dollars.

Pour les experts et les observateurs, le danger réel pour l’économie algérienne, pour l’heure, est incontestablement, la faiblesse de croissance actuelle, et celle relative à l’exercice 2019. Ils estiment, qu’en absence de réels leviers économiques, et de profondes reformes multi-sectorielles,   pour redresser cette tendance baissière la croissance de l’économie nationale, tous ces indicateurs et prévisions  ne pourront que s’aggraver. Notamment lorsque la production national ne réponds pas aux besoins nationaux de consommation, et n’impacte pas le rythme grandissant des importations. Et ce, sans parler des effets de l’effondrement continu de la monnaie et des réserves de changes.

 

 

 

 

 

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine