Réalisation des grands projets en Algérie : L’aveu de Ould Kaddour

projets en Algérie

Le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour a reconnu, ce dimanche à Alger, les retards et les surcoûts auxquels buttent les projets en Algérie, et ce par manque d’expérience en la matière de réalisation des grands projets.

«Développer notre programme, on ne peut pas le faire tout seul, c’est clair. Cela demande beaucoup d’argent, du savoir-faire et  du professionnalisme», a estimé le PDG de Sonatrach. Selon lui «le professionnalisme, dans le sens management c’est quelque chose qui s’apprend avec le temps».

Ould Kaddour a avoué qu’en Algérie «on n’a pas l’expérience des grands projets», qu’on réalise «dans les délais et dans les coûts».

«Je le dis et je le répète, même si ça fait mal à certaines personnes. Les projets qu’on réalise sont toujours en retard, sont toujours à des surcoûts, et on ne peut pas continuer à fonctionner comme ça», a déclaré Ould Kaddour en conférence de presse animée en marge de la signature de deux contrats avec le groupe français Total.

Selon lui, même les partenaires qui viennent,  n’acceptent pas qu’ «on se projette dans la réalisation d’un projet dans un délai avec un certain coût, et qu’à la fin, on se retrouve avec deux fois le délai et deux à trois fois le coût».

A ce propos, Ould Kaddour a fait savoir qu’il a eu une discussion ce matin avec le PDG de Total M. Patrick Pouyanné, pour pouvoir réaliser le projet de l’usine de polypropylène à Oran dans les délais et dans les coûts.

Kia Sportage

A noter que, l’un des maillons faibles de la réalisation des projets en Algérie, et ce dans tous les secteurs, est le non respect des délais, qui engendre des surcoûts. Et si l’on veut énumérer des exemples dans ce cadre, on citera certainement l’autoroute Est-Ouest et la Grande Mosquée d’Alger.

Bessa, Résidence la Pinède